Burkina Faso : « Nous appelons la CEDEAO à être la CEDEAO des peuples » (Dr Arouna Louré)

La Coalition des patriotes africains, section du Burkina Faso (COPA-BF) et le mouvement les « REVOLTES » disent accueillir favorablement le changement au sommet de l’Etat burkinabè. Ils exhortent également le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), détenteur de ce nouveau pouvoir, à sortir des schemas classiques des transitions qui ont fait la preuve de leur échec au Burkina et ailleurs. Ils l’ont fait savoir au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi 28 janvier 2022, non loin du site du mémorial Thomas Sankara, à Ouagadougou.

La suite après cette publicité
Dr Arouna Louré et la COPA-BF « accueillent favorablement le changement intervenu à la tête du Burkina Faso le 24 janvier dernier »

La Coalition des patriotes africains, section du Burkina Faso (COPA-BF) et le mouvement les « REVOLTES » se sont rendus fiers de leurs récentes manifestations qui ont vu la démission du régime de Roch Kaboré. « L’histoire retiendra que la mutinerie qui a conduit au renversement de l’ancien régime s’est déclenchée au soir même de nos manifestations de protestation du 22 janvier 2022 contre le régime déchu », a fait remarquer Dr Arouna Louré du mouvement les « REVOLTES ».

Fort de cela, ils disent accueillir favorablement le changement au sommet de l’Etat burkinabè. « C’est pourquoi, nous accueillons favorablement le changement intervenu à la tête du Burkina Faso le 24 janvier dernier », a fait savoir Dr Louré.

La COPA-BF et le mouvement les « REVOLTES » osent croire que l’avènement du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) au pouvoir sonne le départ d’une transition générationnelle avec des hommes et des femmes intègres, patriotes et désintéressés aussi bien au sein des Forces de défense et de sécurité (FDS) qu’au niveau de la classe politique burkinabè. Ils exhortent de même le MPSR, à sortir des schemas classiques des transitions qui ont fait la preuve de leur échec au Burkina et ailleurs.

« Jamais, au grand jamais, nous ne saurons trahir le peuple », a par ailleurs affirmé Dr Louré, ce en confiant : « nous continuerons la réflexion et les consultations afin de proposer une stratégie de refondation, basée sur nos forces endogènes, de notre système socio-politique et implémenter un nouveau paradigme qui met les gouvernants au service du peuple et non le contraire ».

Dr Louré a par ailleurs appelé la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à être une institution des peuples. « Aujourd’hui, nous appelons la CEDEAO à être la CEDEAO des peuples, à accompagner les peuples qui veulent s’autodéterminer », a-t-il appelé.

Le temps que devra mettre la transition importe peu à Roland Bayala, porte-parole de la COPA-BF, pourvu que cette dernière fasse ce que le peuple attend d’elle.

Sur le temps que devra mettre « la junte militaire » avant un retour à l’ordre constitutionnel normal, Roland Bayala, porte-parole de la Coalition des patriotes africains, section du Burkina Faso (COPA-BF), y pense peu à la seule condition que ce qui va être mené comme actions puissent permettre de retrouver un Burkina Faso, havre de paix.

« Le terme d’année ne compte pas pour nous si réellement le travail va se faire en amont et en aval pour que le Burkina Faso redevienne le Burkina Faso que nous avons tant souhaité. Ce n’est pas une question de temps, qu’on laisse la transition travailler en profondeur comme nous l’avons vu au Mali », a-t-il réagi.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page