Burkina # Tunisie : « C’est un devoir d’aller jusqu’au bout de la compétition » (Kamou Malo)

Après avoir passé la phase de poules de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2021, les ambitions sont désormais grandes pour le sélectionneur des Etalons, Kamou Malo. Désormais, l’objectif du technicien burkinabè est de disputer la finale de cette CAN qui se tient au Cameroun.

La suite après cette publicité

« Nos ambitions sont claires. Nous ne sommes pas obligés, mais c’est un devoir pour nous d’aller jusqu’au bout de cette compétition, notamment aller en finale. Cela commence par le match de demain où nous allons jouer crânement nos chances pour gagner », s’est exprimé le sélectionneur des Etalons, Kamou Malo en conférence de presse ce vendredi 28 janvier 2022.

Ne pas compter sur les statistiques du passé

Demain samedi, les Etalons du Burkina Faso affrontent les Aigles de Carthage de la Tunisie pour une place en demi-finale. En 1998 au Burkina Faso et en 2017 au Gabon, les Etalons avaient éliminé cette équipe à l’étape des quarts de finale.

Mais Kamou Malo ne fait pas de focalisation sur le passé : « Les statistiques appartiennent au passé. Nous avons un présent à faire valoir. Nous avons une jeune équipe ambitieuse qui est venue à cette CAN pour affirmer sa bonne santé pour aller au bout. La différence, c’est notre état d’esprit tout simplement ».

Il ajoute d’ailleurs : « Si on devait se fier au passé pour venir à cette compétition, on aurait déjà attribué la Coupe parce qu’il y a des gens qui sont venus ici avec des palmarès plus éloquents ».

Concrétiser les occasions

Il se méfie d’ailleurs de son adversaire pour ces quarts de finale qu’il a bien observée. « C’est vrai que c’est une équipe dont on savait les qualités très homogènes où il n’y a pas beaucoup d’individualités mais un bon collectif surtout en termes de bloc. Elle joue très bien, elle défend très bien », constate Kamou Malo. Pour lui, la détermination sera importante au cours de cette rencontre. Toutefois, l’équipe burkinabè se crée beaucoup d’occasions sans pouvoir les concrétiser.

Travailler le mental

Une faiblesse qu’il reconnait : « Nous avons marqué à chacun de nos matchs mais nous n’avons pas été tueur devant les buts au moment où il faut marquer pour prendre l’ascendant sur l’adversaire. Nous n’avons pas su le faire. Cela est dû à la jeunesse de notre effectif. Parfois, ces matchs se jouent avec la peur au ventre. Depuis, nous sommes en train de corriger cela. C’est au mental que nous allons réussir à corriger cette situation ».

Le sélectionneur des Etalons rappelle que son équipe est composée de joueurs dont plusieurs disputent leur première CAN.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page