« Depuis l’Antiquité, Taiwan constitue une province de la Chine… »

Ceci est une déclaration du porte-parole de l’Ambassade de Chine au Burkina Faso au sujet de Taiwan. 

Récemment, nous avons remarqué que certaines organisations de la société civile ont proposé de réviser la coopération avec les pays amis et les partenaires. Elles ont répertorié Taiwan comme un « pays » et ont déclaré que la « Chine Taiwan » est la bienvenue. Une telle opinion s’écarte des faits et de la logique, va à contre-courant de la dynamique actuelle de coopération amicale entre la Chine et le Burkina Faso, et nuit également aux intérêts de développement du pays des hommes intègres. Ce qui nous incombe d’avancer encore une fois le principe d’une seule Chine.

La suite après cette publicité

Depuis l’Antiquité, Taiwan constitue une province de la Chine. Ce sont les mêmes chinois comme nous qui y vivent. Alors d’où vient la question de Taiwan? En effet, en 1921, le Parti communiste chinois a été créé, après des luttes et des sacrifices successifs et ardus, le 1er octobre 1949, le Parti a conduit le peuple chinois vers la victoire de la guerre civile, la République populaire de Chine a été ainsi fondée. Le Guomindang vaincu, s’est retiré dans la province de Taiwan. Avec le soutien des forces extérieures, la clique dirigeante de Guomindang affronte le gouvernement central.

Sur le plan jurisprudentiel, en 1949, le gouvernement central de la République populaire de Chine a été fondé en remplaçant le gouvernement de la République de Chine, en tant que gouvernement légitime de Chine et représentant unique de Chine au sein de la communauté internationale. L’histoire de la République de Chine a ainsi pris fin. Le nouveau régime remplace l’ancien sans modification du même sujet de droit international, la souveraineté de la Chine et les frontières territoriales inhérentes n’ont pas été changées. Le gouvernement de la République populaire de Chine jouit et exerce pleinement la souveraineté de la Chine, y compris sa souveraineté sur Taiwan. Aujourd’hui, la Chine n’est pas encore unifiée, mais l’existence de cet état anormal n’attribue pas de statut en droit international à Taiwan, et ne peut pas non plus modifier le statut juridique de Taiwan en tant que partie de la Chine.

Sur le plan international, la communauté internationale reconnaît qu’il n’y a qu’une seule Chine, que Taiwan fait partie de la Chine et que le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime de Chine. En 1971, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution 2758 à une écrasante majorité, décidant de rétablir le siège légitime de la Chine aux Nations Unies, « reconnaissant que le représentant du gouvernement de la République populaire de Chine est le seul représentant légitime de la Chine aux Nations Unies « , ce qui a complètement résolu la question de la représentation de la Chine aux Nations Unies et dans les institutions internationales. Aujourd’hui,181 pays du monde ont établi des relations diplomatiques avec la Chine sur cette base. « Une seule Chine » est depuis longtemps devenue le consensus universel de la communauté internationale. Et c’est sur cette même base de consensus, que le Burkina Faso et la Chine se sont retrouvés et avancent main dans la main jusqu’à aujourd’hui. La coopération continue à porter ses fruits, les deux peuples en ont témoigné et en ont beaucoup bénéficié.

Maintenant, la Chine est le seul grand pays qui n’a pas encore réalisé la réunification complète de son territoire. Le fait que le problème de Taiwan n’est pas encore résolu relève des ingérences des pays étrangers et du sabotage des séparatistes de Taiwan. Certains groupes séparatistes de Taiwan sont prêts à vendre la souveraineté de la Chine à l’occident pour se faire «  connaître » . Ils ont tenté de nier ou de défier le principe d’une seule Chine pour élargir leur espace d’activités séparatistes. C’est la source qui alimente la tension et l’instabilité dans la région des deux rives, et qui met en danger les intérêts primordiaux du peuple chinois incluant bien sûr tous les Taiwanais. Le gouvernement chinois s’oppose fermement à toute tentative de séparer l’île de Taiwan de la Chine, qui appartient au peuple chinois tout entière. Le peuple chinois souhaite la réunification et le soutient de manière intransigeante. Sur ce, le Président chinois XI Jinping a été clair, « la mission historique de réunir la nation chinoise doit être réalisée et elle le sera ! ». Résoudre le problème de Taiwan et réaliser la réunification de la Chine est une conviction commune du peuple chinois et une tendance irréversible du courant de l’histoire que personne ne peut empêcher.

Par conséquent, il n’y a pas de « République de Chine », ou de « Chine Taiwan », mais seulement la République populaire de Chine, ou tout simplement la Chine. Taiwan fait partie de la Chine et la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime représentant l’ensemble de la Chine. C’est le sens fondamental du principe d’une seule Chine, dont l’essentiel est de sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale. La lutte sans faille du Burkina Faso contre le terrorisme et les énormes sacrifices consentis visent à sauvegarder la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays. Comme le dit Confucius, ne faites pas aux autres ce que vous ne voulez pas vous faire. Nous croyons que le peuple burkinabè, quelle que soit l’ethnie, la langue ou la croyance, ne voudra jamais voir une province séparée de son propre pays et ne tolérera jamais que des forces extérieures entravent les efforts extraordinaires du Burkina Faso pour poursuivre la défense de l’intégrité territoriale. En cette période mouvementée, quelques organisations de la société civile ou des individus prêchent à s’allier aux forces de Taiwan qui prônent le séparatisme, ce n’est pas seulement une pollution pour l’opinion publique burkinabè, mais aussi une grave atteinte aux sentiments du peuple chinois. Quel que soit le prétexte, les paroles et les actes qui vise às’immiscer dans les affaires intérieures d’autres pays et à tenter d’inverser le cours de l’histoire, sont absurdes, dangereux et  ne jouiront jamais du soutien du peuple.

Les yeux du peuple sont perçants, a dit le président Mao Zedong. Nous croyons que le peuple du pays des hommes intègres peut garder les yeux ouverts, voir et juger objectivement et rationnellement, défendre la vérité et la justice, pour que l’amitié sino-burkinabè avance et s’épanouisse sur les flots d’un avenir prospère.

LIU Yi, Porte-parole de l’ambassade de Chine au Burkina Faso

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page