Enfants démunis : Une chance d’apprendre la musique, avec AMEM

Soucieuse d’inculquer les bases de la musique aux jeunes enfants, occuper sainement les vacances des jeunes, promouvoir l’art plastique, les dessins, les peintures, et la musique traditionnelle au profit des  jeunes, l’Association Musicale pour les Enfants du Monde (AMEM) a vu le jour. Depuis sa création il y a cinq ans, cette association est devenue un véritable tremplin pour les jeunes enfants qui arrivent à manier avec aisance les instruments de musique, tel le violon, la guitare, la batterie et autres… 

La suite après cette publicité

De 7 à 17 ans, ils sont nombreux à vouloir toucher presque du tout. Il y a même certains, qui en réponse de qui veux-tu devenir plus tard répondent : footballeur ou encore de grands bureaucrates. Chacun pendant cette tranche d’âge prédit un avenir assez radieux. « À 20 ans, je finis mes études et 25 ans j’ai déjà un bon emploi, avec voiture, maison », telle est la vision de certains adolescents.

Très peu pendant cet âge ne se voient pas faire carrière dans la musique. C’est donc une impression à couper le souffle de voir des jeunes adolescents manier les instruments de musique avec amour et passion. Créée en faveur des enfants démunis, l’association musicale entend  initier les tout-petits aux instruments de musique.

« Les enfants avaient besoin de la musique »

« L’idée date de 2015. Je travaillais dans une école primaire et par hasard, j’avais mon violon avec moi. J’ai joué un peu pour les enfants, c’est là j’ai vu que les enfants étaient tellement fascinés par cet instrument.

C’est un instrument qui est très rare ici. Peut-être ils ont vu ça en passant à la télé, mais pour la plupart des enfants, c’était la première fois qu’ils voient le violon. Les regards étaient trop et là j’ai compris que les enfants avaient besoin de la musique.

Ils avaient besoin d’encadrement en musique, c’est donc en ce moment que j’ai muri l’idée de créer une école de musique », a expliqué d’entrée la fondatrice de l’Association Musicale pour les Enfants du Monde (AMEM), Maria Behrens.

Maria Behrens, présidente de l’Association Musicale pour les Enfants du Monde

« Donner la chance à beaucoup d’enfants d’apprendre un instrument de musique pour s’épanouir, pour s’exprimer, pour passer leurs temps avec quelque chose qui est utile pour eux ». C’est dans cet esprit salvateur que Maria Behrens a mis en place ce projet… musical.

Créée en faveur des enfants démunis, l’AMEM en plus de les initier à la musique, est une solution pour ceux qui n’ont pas les moyens de s’inscrire dans les écoles classiques d’apprendre à lire et à écrire, question de ne pas les mettre en marge de la société car dit-on, « l’école est la clé de la réussite ». Il est donc imparable pour ceux-ci de ne pas voir volatiliser leur espoir de réussite.

Une contribution de 15.000 F CFA le mois est requise comme frais de formation

« La plupart de nos enfants sont des enfants qui ne partent pas à l’école. Ce sont des enfants qui n’ont pas les moyens de s’inscrire à l’école. Mais on a créé un projet pour apprendre à ces enfants à lire et à écrire chez nous à l’école, en plus des instruments de musique », a révélé la fondatrice de l’AMEM.

Deux conditions sont requises pour intégrer cette famille musicale, à en croire Maria Behrens. La première fait état des conditions sociales de la famille. Si la famille en question dispose d’assez de moyens, une contribution de 15.000 F CFA le mois est requise comme frais de formation.

Pour ce qui est de la deuxième, en l’occurrence ceux qui sont dans des conditions précaires, ces derniers sont exceptés de toute contribution avec pour espoir d’avoir un parrainage pour chacun de ces enfants.

Les membres de l’association, dans le cadre de leurs activités, ont fait une démonstration le samedi 19 février 2022 dans le bar restaurant « La belle étoile » sis à Ouagadougou. Ce cocktail de violon à la guitare savamment orchestré a émerveillé le public qui lançait des tonnerres d’applaudissement.

65 élèves inscrits

A en croire Yannick Bationo, co-fondateur de cette association, cette soirée était dans le but de montrer le savoir-faire des enfants mais également profiter par la même occasion organiser une collecte de fonds, histoire d’améliorer les conditions de vie des jeunes apprenants.

« Nous avons organisé cette collecte de fonds pour aider les élèves. A l’école, nous préparons pour les enfants, ils ont besoin de table-bancs, plus de poubelles et autres besoins», a signalé le co-fondateur.

A noter que l’Association Musicale pour les Enfants du Monde est une association à but non lucratif. Elle compte 65 élèves inscrits à la date d’aujourd’hui. Sur ces inscrits, seulement 4 sont à mesure de payer convenablement les frais de scolarité. Chose qui limite les ambitions de l’association, mais grâce à de bonnes volontés, elle reste sur pied et espère à de lendemain meilleur…

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page