Arts plastiques : INCUB’ARTS fait une évaluation à mi-parcours des participants

Le projet de structuration et professionnalisation du secteur des arts plastiques (INCUB’ARTS), après trois mois de formation, a marqué une halte, ce jeudi 24 février 2022, pour une mise au point du niveau d’apprentissage des étudiants inscrits. C’était à travers trois vidéoconférences tenues avec les formateurs à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

Depuis décembre 2021, le collectif Wékré formait des étudiants en structuration et professionnalisation du secteur des arts plastiques à travers son projet (INCUB’ARTS). Ce jeudi 24 février 2022, il a marqué une pause pour juger de l’état d’apprentissage des étudiants formés.

Pour Aboubakar Sanga, secrétaire exécutif du collectif Wékré, l’idée ce n’est pas de faire une évaluation des étudiants mais de comprendre juste comment s’assimile les modules après 3 mois de formation.

«  On a monté ce projet parce que nous avons remarqué que plusieurs chaînes de valeur manquait dans le secteur des arts plastiques. Nous voulons un tant soit peu contribuer à régler ce problème dans ce milieu. Parce que sur le plan national, c’est que l’expertise n’existe pas, mais les gens ne se sont pas appropriés le métier », a-t-il lancé.

A cet effet, 34 jeunes étudiants seront outillés durant cinq mois sur la finalisation et la conception d’une œuvre, sur comment ce fait le choix des œuvres à exposer, sur comment organiser une exposition, sur la commercialisation des œuvres, et les critiques d’art.

A entendre le secrétaire exécutif, ces formations sont assurées par des « experts » vivant à l’extérieur du pays, donc les formations sont faites par vidéo-conférence.

« Sur chacun des trois volets, on voulait 10 étudiants. Et finalement on se retrouve avec 34 étudiants participants. Aujourd’hui c’était essentiellement de savoir comment ils assimilent les cours », a-t-il poursuivi.

« Cours bien assimilés », selon Zebi Barry, l’une des participantes à ces formations et qui a présenté un exposé sur le commissariat d’exposition des œuvres artistiques en guise d’évaluation.

A l’en croire, tout se déroule bien lors des formations, mise à part la connexion qui fait souvent défaut . « Cette formation est vraiment superbe pour notre parcours. On espère en faire bon usage » , a-t-elle salué.

Aboubakar Sanga, secrétaire exécutif du collectif Wékré

Le collectif Wékré est une association de jeunes burkinabè travaillant dans le domaine de la promotion des arts plastiques. Pour ce projet, débuté en décembre 2021, il est prévu durer cinq mois. Cependant le secrétaire a tenu à souligner qu’au-delà de ce temps, ces étudiants seront accompagnés pour de probables projets et cela jusqu’à 3 ans.

En rappel, ce projet est co-financé par le fonds de développement culturel et touristique ( FDCT ) du Burkina Faso et la délégation de l’Union européenne dans le cadre du premier appel à projet PAIC – GC.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page