Transition politique : La Francophonie disposée à accompagner le processus

(Ouagadougou, 23 mars 2022). Le président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a reçu en fin de matinée, une délégation de la Francophonie, conduite par le conseiller spécial politique et diplomatique de la secrétaire générale de l’institution, Désiré Nyaruhirira.

La suite après cette publicité

Le conseiller spécial est venu rassurer les autorités burkinabè de la disponibilité de la Francophonie à accompagner le processus de transition « pour un aboutissement réussi ».

« Le président nous a expliqué le processus tel qu’il est maintenant. On voit que c’est un processus qui se passe sans encombre, un processus consensuel et on a félicité le président du Faso pour avoir très vite mis en place un gouvernement de transition et très récemment l’organe législatif », a déclaré Désiré Nyaruhirira à sa sortie d’audience.

« Nous avons exposé au président de la République ce que nous pouvons faire en termes d’appuis techniques surtout dans le cadre des élections générales », a ajouté le conseiller spécial de la secrétaire générale de la Francophonie, qui précise également qu’il revient aux « autorités de nous indiquer dans quels domaines ils veulent que nous les accompagnions ».

C’est une mission voulue par la secrétaire générale de la Francophonie, a aussi relevé Désiré Nyaruhirira qui a annoncé que la Francophonie va renforcer ses projets et programmes en cours au Burkina Faso, en collaboration avec le ministère en charge des Affaires étrangères pour le bien des populations.

Source : Direction de la communication de la présidence du Faso

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Un commentaire

  1. C’est bien beau, mais que dites-vous du Mali, Francophonie et CEDEAO? Il faut que les Burkinabè se lèvent pour demander que leurs frères maliens bénéficient aussi des mêmes faveurs que le pays des hommes intègres. Il faut éviter le deux poids deux mesures. Apprenons à refuser le dictat de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page