Adama Bayala présente son 3e livre, «Sous la barbe du diable»

«Sous la barbe du diable», c’est comme ça que s’intitule le 3e ouvrage du journaliste,  communicateur et historien, Adama Bayala paru dans les éditions Maïeutique en Côte d’Ivoire  plus précisément à Abidjan. La cérémonie de présentation de l’écrit a eu lieu ce vendredi 1er avril 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

«Sous la barbe du diable» est un roman  de 179 de pages qui aborde plusieurs thèmes dont l’éducation, l’économie, la politique et la sociologie… Mais l’auteur met un accent particulier sur la situation que vivent  certains enfants orphelins au sein de leurs familles d’accueil après la disparition de leurs parents.

Dans sa narration, l’auteur évoque le cas d’une famille qui avait deux enfants mais qui, le destin décidera de les éloigner pour de bon de leurs enfants. Les parents quittèrent cette Terre des Hommes le même jour et seront même enterrés l’un à côté de l’autre.

Ce sera ainsi le début du calvaire pour leurs enfants qui étaient jadis enviés par leurs camarades. Une autre page de la vie très cauchemardesque s’ouvrira ainsi à eux. Leur oncle paternel chez qui, ils avaient trouvé refuge va rendre la vie invivable à ses neveux.

Il ira même  dire aux enfants que son défunt frère n’était pas en réalité un frère pour lui. Et que  la mère de Nestor, son frère qui était la deuxième épouse de son père avait pris sa grossesse quelques mois avant qu’elle n’épouse son père.

«Nestor est mon frère, mon petit frère cadet, c’est ce qu’on dit mais en réalité, il n’en est rien. Il est le premier fils de la deuxième épouse de mon père. À l’époque, elle avait fait comprendre à mon père qu’elle avait contracté sa grossesse,  alors à ce qu’on dit, il est le fruit des escapades extra-conjugales», peut-on lire dans un passage du roman.

Adama Bayala, journaliste, communicateur, historien et écrivain

Sur le titre du livre, «Sous la barbe du diable», l’auteur a expliqué que c’est un titre que la maison d’édition et lui ont voulu attractif et captivant pour accrocher les lecteurs. Quoiqu’on dise, l’auteur indique que le diable dont parle son livre, il est en chacun de nous.

«Je dois dire que le diable, il est en nous. Le diable c’est l’expression du mal», a-t-il appuyé en signifiant qu’il a tenu à travers cet écrit dénoncer cette situation qu’il qualifie de «barbare» qui gangrène la société africaine aujourd’hui. Cette pratique, selon Adama Bayala, vise à réduire visiblement les enfants adultérins.

Son livre se veut une sonnette d’alarme qui alerte la société qu’elle cesse avec cette pratique discriminatoire. Cet ouvrage est donc un réquisitoire pour tous ceux qui s’adonnent à la mauvaise pratique.

«C’est un réquisitoire contre les abus des chefs de ménage sur les orphelins, un réquisitoire sur les abus des enfants placés, réquisitoire contre les chefs de famille sur les chefs sur les enfants adoptés, réquisitoire contre les chefs de famille, contre les abus des chefs de famille sur les filles de ménage comme le cas dans de nombreux foyers. Et  ce,  pour l’avènement d’une société juste, une société où les droits des plus faibles sont respectés», a complété l’auteur.

Dr Élise Thombiano/ Ilboudo, marraine de la cérémonie de sortie de cet ouvrage, a pour sa part, noté que «Sous la barbe du diable» traite  plusieurs thématiques dont l’éducation, la vie,  la sociologie et  la politique.

«Vous avez tous les paramètres qui sont là. Puisqu’il s’agit d’une famille, d’un couple qui meurt et laisse ses enfants et pendant que ce couple était dans de très bonnes conditions. C’est le carrefour de plusieurs thèmes qui se retrouvent dans cet ouvrage : La vie, la mort, l’éducation, l’économie et la sociologie (…)», a-t-elle ajouté en invitant à ce que l’œuvre soit vulgarisée, car dit-elle, le livre est très riche et doit être lu par tous.

Le roman est disponible à la librairie Mercury sise à la ZAD au prix de 5.000 FCFA. «Sous la barbe du diable» est la troisième œuvre de Amada Bayala, 7 ans après s’être inscrit dans l’univers de la littérature.

Willy SAGBE

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page