Altercations lors des évènements sportifs au Burkina : La Commission Centrale des Arbitres veut y remédier

La Commission Centrale des Arbitres (CCA) a tenu, ce vendredi 22 avril 2022, une conférence sur la promotion du fair-play, et sur l’amélioration de la connaissance des lois de jeu de football à l’égard des acteurs du milieu au Burkina Faso. L’objectif sera pour la commission d’anticiper les éventuelles protestations et altercations des acteurs, lors des rendez-vous sportifs.

La suite après cette publicité

La Recrudescence des violences entre supporters, entre joueurs, entre joueurs et arbitres, la protestation des décisions arbitrales sont entre autres les raisons qui ont conduit à l’organisation de cette conférence par la  Commission Centrale des Arbitres (CCA).

A cet effet, «  la notion du fair-play », «  la loi 11 sur le hors-jeu », «  les aspects de la loi 12 particulièrement les fautes de mains », «  les notions sur les avantages laissés par les arbitres » sont entre autres les sujets qui marquent cette  rencontre.

Des sujets qui contribueront à éradiquer ces phénomènes dus à la méconnaissance des lois du jeu, par les acteurs du monde sportif, notamment les dirigeants des clubs, les entraineurs et certains arbitres, pour  Ousmane Diallo, vice président de la CCA.

«  Cette conférence, on aurait du l’organiser plus tôt car cette question est d’actualité sur tous les terrains du monde. Donc nous tenons cette conférence pour notre contribution à l’amélioration de la situation des violences sur les terrains. Je parie que plusieurs acteurs ne connaissent pas ces lois du jeu et même quand ils les connaissent, les passions font qu’on les passe outre », a mentionné le vice président de la CCA.

Au-delà de tous ces sujets, autre point de cette rencontre est aussi d’interpeler le monde sportif sur le fait d’être indulgent sur certaines décisions des arbitres, car selon Ousmane Diallo, « ils sont aussi humains et font des erreurs ». 

« On voit souvent des décisions des arbitres qui sont contestées jusqu’à souvent créer des altercations. Il faut que  les acteurs du monde sportif comprennent que les arbitres aussi sont des êtres humains et l’erreur est humaine. Dans tous les cas, il faut respecter ses discisions pour permettre au jeu de se développer de façon harmonieuse », a-t-il exhorté. 

           Ousmane Diallo, vice président de la CCA en compagnie du représentant du président de la FBF

Moustapha Degtoumda, représentant du président de la Fédération Burkinabè de Football (FBF) à quant à lui qualifié l’initiative de « louable » de par son apport d’informations supplémentaires sur les thèmes qui seront abordés.

« Au-delà d’un cadre compétitif, les évènements sportifs sont le plus souvent un cadre de regroupement et de loisir. C’est pourquoi évoquer ces notions des fair-play, des lois du jeu, les fautes de mains sont plus qu’essentielles. Donc nous attendons de ces acteurs qu’ils soient des relais pour le public sportif pour que chacun de nous soit informé », a-t-il indiqué. La Commission centrale des arbitres est la structure, issue de la FBF, en charge des arbitres de football burkinabè.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page