Désiré Guinko au MPSR : « Vous n’êtes pas là pour une épuration de l’administration »

publicite

La coordination nationale de l’Alliance citoyenne pour la libération de Roch Kaboré, en conférence de presse ce jeudi 28 avril 2022 à Ouagadougou, a dénoncé la « libération » de l’ex-président du Faso, mis en garde les autorités de la Transition et donné sa lecture de la situation nationale.

La suite après cette publicité

La coordination nationale de l’Alliance citoyenne pour la libération de Roch Kaboré veut d’une « libération totale sans restriction aucune » et non de la libération annoncée « en grande pompe par le gouvernement de la Transition au soir du 06 avril dernier (ndlr, 2022) » qu’elle a d’ailleurs qualifiée de « mise en résidence surveillée ».

Désiré Guinko
Désiré Guinko, Coordinateur national de l’alliance.

Pour Désiré Guinko, Coordinateur national de l’alliance, « on a juste déplacé le président Kaboré de Ouaga 2000 à la patte d’Oie pour faire croire à l’opinion qu’il est libre de ses mouvements ». Ce n’est pas vrai, vous pouvez le vérifier, renchérit-il, ajoutant que « c’est le MPSR (ndlr, Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration) qui pose les conditions de qui doit voir le président ».

Elle a alors mis en garde les autorités de la Transition. « Si le lieutenant-colonel Damiba et ses compagnons continuent d’observer cette posture qui consiste à confisquer injustement les droits du président Kaboré, notre organisation en synergie avec d’autres organisations et l’ensemble de nos concitoyens épris de liberté et de justice, agira à travers des initiatives populaires de protestation et de dénonciation », a prévenu Désiré Guinko.

Aussi a-t-il informé de la création, « dans un futur proche » d’une vaste coalition d’Organisations de la société civile (OSC), « un cadre d’expression pour la défense de la patrie et des causes citoyennes », au sein duquel « se poursuivra le combat pour la libération totale et sans condition de Roch », a-t-il laissé entendre.

« Vous n’êtes pas là pour une épuration de l’administration »

La coordination nationale a également donné sa lecture de la situation nationale. Elle a invité « la junte militaire à se mettre impérativement, rapidement et exclusivement à la tâche au lieu de passer son temps à faire de la politique à Ouagadougou et à œuvrer à la restauration d’un ordre politique dépassé ».

Elle a en outre dénoncé la cherté de la vie et la flambée des prix. A propos, elle a encore fustigé le mode de gouvernance des autorités de la Transition. « Aujourd’hui il y a cherté de la vie partout et de façon incontrôlée. Nos amis du MPSR, la seule chose qui les intéressent, ce sont les salons feutrés, les audiences, les nominations, mais ayons pitié de ce pays… », s’est lâché Désiré Guinko.

Les terroristes, de ses dires, sont en train d’évoluer dans les chefs-lieux, les communes, les régions et les déplacés internes, sont en nombre considérable au quotidien. « Qu’on ne soit pas des militaires de salon. Vous avez pris les armes pour restaurer la sécurité, restaurer cette sécurité. Vous n’êtes pas là pour une épuration de l’administration », a alors dit le camarade Guinko.

Sur la durée de la Transition, il a dit sa désolation vis-à-vis des propos du porte-parole du gouvernement de la Transition et l’a invité à aller lire le livre du lieutenant-colonel Damiba dans lequel il rapporte : « qu’il faut plus de dix ans pour pouvoir restaurer la sécurité dans le Sahel y compris au Burkina Faso ».

Pour ce qui est du vocal relayé sur les réseaux sociaux attribué « à un délégué de l’ALT », et qui incite à la violence contre les marcheurs du 23 avril 2022, M. Guinko estime qu’« il doit répondre de ses actes, qu’il soit proche ou pas du MPSR ».

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page