Burkina Faso : Tête-à-tête entre le Premier ministre et les partenaires techniques et financiers

Des partenaires au développement du Burkina Faso, réunis au sein de la Troïka des Partenaires Techniques et Financiers (PTF), ont été reçus le jeudi 28 avril 2022, par le Premier ministre, Albert Ouédraogo, pour discuter autour des questions en lien avec l’actualité du Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Le chef du gouvernement du Burkina Faso, Albert Ouédraogo, a mené au titre de l’année 2022 un échange entre les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) du Burkina Faso.  D’entrée de jeu, le Premier ministre a rappelé l’objectif principal de la transition politique au Burkina Faso.

« L’ambition est de conquérir les parties du territoire sous l’emprise du terrorisme et de rétablir la sécurité et la paix dans le pays et nous sommes convaincus que le combat que nous menons est le vôtre », a-t-il introduit.

Albert Ouédraogo, premier ministre

Si le premier ministre a salué l’engagement des partenaires auprès du Burkina Faso, il a, cependant exprimé du regret face à l’attitude de certains partenaires. « Je note cependant que dans ce contexte extrêmement difficile que certains partenaires et amis de notre pays ont pris des mesures qui fragilisent nos efforts ramant ainsi à contre-courant des aspirations de notre peuple.

Je formule le vœu alors qu’à l’issue de cette rencontre qu’ils s’inscrivent dans cette dynamique positive, le maintien de leurs programmes et de leur décaissement afin de ne pas créer des souffrances encore plus graves à nos populations déjà profondément meurtries par les multiples crises », a-t-il laissé entendre.

Pour le Premier ministre, la rencontre entre le gouvernement et la Troïka, au-delà de leur caractère symbolique sont des occasions de faire le point du partenariat et des échanges sur les questions d’actualité et d’intérêt concernant les deux parties.

« Dans le combat contre la sécurité, notre pays s’est engagé à diversifier ses partenariats afin d’optimiser des atouts spécifiques de chacun. Cette dynamique devrait être saluée et encouragée car elle se base sur le principe de la liberté chère  à tout le monde et qui est le fondement de nos relations que nous entretenons », informe-il.

Pour la porte-parole des co-présidents de la Troïka, Esther Loeffen, les PTF suivent avec attention l’évolution de la situation socio-économique politique et la sécurité du Burkina Faso. Pour le moment que le pays n’est pas sous des sanctions, les PTF du Burkina Faso se disent disposés  à accompagner le Burkina Faso.

Esther Loeffen, co-présidente de la Troïka, porte parole

« Les PTF sont également préoccupés du retard pris dans la mise en place des délégations spéciales.  Car l’absence de délégation spéciale fonctionnelle pénalise la mise en œuvre des projets de développement au niveau local.

Nous sommes préoccupés par la liberté de Roch Marc Christian Kaboré.  Nous exhortons les autorités à lever toutes sortes de restrictions de liberté afin qu’il puisse jouir pleinement de sa liberté », a-t-elle fait savoir.

Les partenaires techniques et financiers disent rester à l’écoute concernant les conclusions entre les autorités et la CEDEAO sur la durée de la transition. Les échanges se sont résumés à quatre thèmes à savoir : la sécurité et la gestion de la crise humanitaire, la décentralisation et le redécoupage du territoire, la sécurité alimentaire et l’agenda de la transition.

Akim KY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page