Liberté de la Presse : Le CNP/NZ outille les journalistes sur les lois en matière de presse

Dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP/NZ) a organisé un forum de plaidoyer sur les textes et lois en matière de liberté de presse, ce mercredi 04 mai 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Le forum a rassemblé des membres des organisations professionnelles des médias, des responsables d’OSC impliqués dans  les questions de droits humains et de la liberté d’expression et de la presse, des représentants de l’autorité (Ministères, CSC) et des partenaires techniques et financiers.

Le Centre National de Presse Norbert Zongo a mené au cours de ses plans stratégiques des plaidoyers pour l’amélioration de l’environnement médiatique en général, celle des textes de lois en matière de presse en particulier.

Ce plaidoyer a abouti, en 2015 à la faveur de la transition à l’adoption de plusieurs textes de lois concernant les régimes juridiques de la presse écrite, presse en ligne et celui de la presse audio-visuelle, selon les explications de Guezouma Sanogo président de l’Association des Journalistes du Burkina (AJB) et membre du CNP/NZ.

Il a poursuivi en disant que l’adoption de ces lois constitue une avancée pour le développement des médias, la liberté de la presse et l’épanouissement des journalistes dans leur travail d’informer. « La suppression des peines d’emprisonnement pour des délits de presse est l’une des avancées majeures », a-t-il dit.

Qu’à cela ne tienne, ces textes de lois comportent toujours des insuffisances. A l’entendre, la modification en 2019 de la loi 025-2018/AN du 31 mai 2018 portant modification du code pénal remet en cause certaines avancées.

« Plusieurs dispositions de cette loi s’avèrent attentatoires à la liberté de presse, au droit constitutionnel du citoyen à l’information et cherchent simplement à soustraire les questions de terrorisme du champ de l’information et de la communication », s’indigne Guezouma Sanogo.

Chose donc qui a poussé le Centre de Presse à entreprendre des actions de plaidoyer pour leur amélioration. Le forum a donc conduit un dialogue autour des textes de loi en matière de presse (les lois sur les médias et le nouveau code pénal). C’était aussi l’occasion pour les participants de se familiariser avec les textes de loi en matière de presse et toutes les implications.

A la suite de Guézouma Sanogo, Karfa Gnanou, AJE, consultant, s’est entretenu avec les participants sur « les compréhensions des lois en matière de presse et leurs implications : analyse et orientation ».

Le docteur Cyriaque Paré a communiqué autour des alternatives aux dérives sur les réseaux sociaux avec prise en compte des conditions du bon usage des réseaux sociaux et les moyens de répressions des dérives en s’inspirant des expériences d’autres pays.

Il faut noter qu’à l’issue de ces échanges, des recommandations pour « une relecture consensuelle et pertinente des lois en respectant les acquis démocratiques » ont été formulées.

Akim KY

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page