Litige foncier entre des habitants de Ouidtenga et IMMOREX : La justice tranche le 10 mai 2022

Les membres de l’Association Sidinwa pour le développement du village de Ouidtenga (ASDVO) ont tenu leur assemblée générale le samedi 7 mai 2022 à Ouidtenga, dans les encablures de Ouagadougou. Devant la presse et les sympathisants de l’association, ils ont décliné les points d’étape du litige foncier les opposant au groupe IMMOREX et par la même occasion rappelé leur position par rapport à leurs attentes sur la suite de ce litige foncier. 

La suite après cette publicité

Le samedi 19 février 2022, l’Association Sidinwa pour le développement du village de Ouidtenga (ASDVO) accompagnée des fils du village avaient initié une conférence de presse pour mettre à nu les problèmes fonciers les opposant à la société immobilière IMMOREX.

La question de 666ha acquis par IMMOREX de « façon frauduleuse », selon les fils de Ouidtenga, était le fond du problème énoncé à l’époque. Depuis ce point de presse, beaucoup d’encre a coulé sous les ponts et l’affaire est à une autre étape.

D’où cette assemblée générale tenue le samedi 7 mai 2022 à Ouidtenga, avec pour objectif de prendre les partisans de l’ASVDO et l’opinion publique à témoin sur le déroulé de cette affaire. Dès l’entame, Isidore Bougma, SG de l’ASDVO, a renseigné que les propriétaires terriens lésés ont eu recours à la justice pour le traitement du contentieux les liant à la société immobilière Immorex.

Isidore Bougma, SG de l’ASDVO
Isidore Bougma, SG de l’ASDVO

« Pour cette assemblée générale, notre objectif était de faire le point à nos membres de l’évolution d’un des dossiers que nous avons en justice et qui concerne une plainte de 34 propriétaires terriens du village de Ouidtenga et une société immobilière, Immorex, qui tente d’accaparer 666ha de terre dans le secteur 49 de la ville de Ouagadougou », a-t-il clarifié. 

Nous avons confiance à notre justice!

A l’issue du dépôt de la plainte, Bougma Isidore a laissé entendre qu’une audience s’est tenue le 12 avril 2022 au palais de justice. Grâce à cette avancée, il a demandé à la population de Ouidtenga de rester vigilante et confiante  parce que dit-il, « la justice à commencer à faire jaillir la vérité ».

Il a également appelé les membres de l’ASDVO à la mobilisation pour une issue favorable de l’affaire. « Nous avons réaffirmé notre confiance dans notre position. Nous avons confiance à notre justice qui a permis à l’affaire donc d’avoir une tournure qui nous convient parfaitement», a-t-il assuré.

Lire aussi | Litige foncier : Imbroglio entre Immorex et des habitants de Ouidtenga

Malgré leur confiance affichée à la justice, les membres de l’ASDVO disent craindre des « magouilles » de la part la société immobilière Immorex. Pour eux, les documents présentés par Immorex sont assez douteux.

« Immorex a présenté 25 personnes qui ont signé un acte notarié lui vendant les 666ha. Et ces personnes, nous les connaissons, elles ne possèdent pas toutes ces terres. Si vous faites la moyenne, 666 divisés par 25, ça tourne autour de 26 ha par personne. Ces personnes reconnaissent avoir vendu 1ha, 2 ha, 4 ha et certains 10 ha. 

Mais personne d’entre eux n’a 26 ha à vendre. Donc il y a quelque part un problème dans la qualité des documents qui sont fournis », a-t-il affirmé tout en espérant l’annulation pure et simple ou encore la suspension du titre foncier acquis par la société immobilière Immorex. Cela dit-il, dans le but de permettre aux véritables propriétaires de jouir de leurs terrains sans inquiétude.

Les membres et sympathisants de l'ASDVO
Les membres et sympathisants de l’ASDVO

La délibération du verdict est attendue le mardi 10 mai 2022

Cependant, les membres de l’ASDVO ont soutenu que la société immobilière IMMOREX a normalement acquis des terrains avec des familles du village. A les écouter, ces terres avoisineraient 150 et 200 ha. Par conséquent, ils réfutent la vente de 666ha qu’ils considèrent comme « presque tout le village ».

Afin d’équilibrer l’information, Burkina 24 est rentré en contact avec les responsables de la société immobilière Immorex. Le président de ladite société, par la voix de Abdoul Rahouf Pafadnam, président des jeunes patriotes pour la paix, a réfuté les accusations d’achat frauduleux des 666 ha dont Immorex est sujet.

« Toutes les preuves que Immorex a fournies sont authentiques ». Il assure que le président de Immorex a envisagé des médiations afin de trouver un terrain d’entente avec ceux qui prétendent  être dépouillés de leur terre mais que c’est resté sans suite.

Toujours est-il que la délibération du verdict est attendue le mardi 10 mai 2022. Les deux parties se disent confiantes quant à l’issue du procès, et entendent faire appel s’il le faut.

Affaire à suivre…

Aminata Catherine SANOU

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page