Lycée Zinda : Vers une réouverture à la rentrée 2023-2024

La Commission de réflexion sur la réouverture des Lycées Philippe Zinda Kaboré et Bissiga a officiellement remis, ce lundi 11 juillet 2022, son rapport au ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo.

La suite après cette publicité

Selon Ibrahima Sanou, président de la Commission chargée de réfléchir à la réouverture du lycée Philippe Zinda Kaboré et du lycée départemental de Bissiga, une seule option a été retenue pour la réouverture du lycée de Bissiga sous la forme d’un lycée ordinaire tandis que pour le Zinda d’autres équations sont à résoudre avec la même option.

Ibrahima Sanou
Ibrahima Sanou, président de la Commission

« Si pour le Lycée Bissiga, seule l’option de la réouverture pour la rentrée 2022-2023 sous la forme d’un lycée ordinaire ne comprenant que le second cycle pour la série A, C et D a été retenue au regard de l’existence de plusieurs CEG dans la commune et villages environnants, au niveau du lycée Philippe Zinda Kaboré par contre, même si l’option de lycée ordinaire a été retenue, deux propositions à ce sujet sont soumises à votre bienveillante attention », a-t-il fait savoir au ministre de l’éducation. 

La première option, a-t-il alors indiqué, « c’est une réouverture à minima dès la rentrée 2022-2023 ». Et d’expliquer que « cette perspective nécessite la réfection complète d’un bâtiment pédagogique, d’un bâtiment administratif et la construction des latrines pour élèves ».

Puis de renchérir : « Toutefois, au regard du coût des travaux, plus d’un milliard, des procédures et des délais qui restent, seules des mesures très exceptionnelles pourraient faire aboutir cette perspective. Les techniciens ont évalué à neuf mois et demi la fin des travaux ».

La seconde option, a-t-il poursuivi, « c’est une réouverture à la rentrée 2023-2024 ». Si l’on en croit son propos, cette seconde perspective nécessite de considérables travaux. « Cette perspective nécessite la réfection de l’ensemble des infrastructures, la construction d’un mur et des latrines pour élèves », a-t-il dit.

Il a aussi laissé entendre que cette dernière perspective a fait l’objet d’une feuille de route de mise en œuvre dont les détails ainsi que les conditions à remplir pour chacune des options sont consignés dans le rapport qui a été remis au ministre.

« Cette perspective, qui peut se réaliser selon les procédures ordinaires malgré son coût, a fait l’objet d’une feuille de route de sa mise en œuvre. Les détails de cette feuille de route ainsi que les conditions à remplir pour chacune des options sont consignés dans le rapport », a dit en sus le président du comité.

« Un travail d’orfèvre, travail inclusif »

Lionel Bilgo
Lionel Bilgo, ministre de l’éducation nationale.

Le ministre de l’éducation nationale et de la promotion des langues nationales, Lionel Bilgo, a d’emblée remercié le comité pour « l’abnégation, la disponibilité, l’engagement et le sérieux » mis afin de produire le rapport. Il a ensuite rassuré de son bon traitement par son département. « Soyez rassurés, nous en ferons bon usage », s’est-il engagé.

« Travail d’orfèvre, travail inclusif », a-t-il en outre qualifié le rapport avant de se convaincre qu’il « va certainement mettre à nu également l’état piteux de bon nombre d’établissement dans notre pays ». Si Lionel Bilgo a déjà fait savoir que la première option soumise à son approbation est « irréalisable », il a rassuré de la consultation inclusive qui sera faite autour du rapport au sein de son département.

« A la date d’aujourd’hui, la première (option, ndlr) est irréalisable. Nous allons essayer d’aller au plus vite tout en partageant le rapport le plus rapidement possible à l’ensemble des directions pour que si d’autres idées peuvent s’y greffer… », a confié M. Bilgo

Forte d’une vingtaine de membres, la Commission chargée de réfléchir à la réouverture des lycées a compris des partenaires sociaux, des parents d’élèves, des syndicats, des personnes ressources du système éducatif, notamment un ancien proviseur du lycée Zinda et du lycée départemental de Bissiga.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page