Twitter poursuit Elon Musk pour forcer le rachat du réseau social

Après l’annulation du rachat de Twitter, des poursuites judiciaires ont été engagées contre Elon Musk.

La suite après cette publicité

Alors qu’il semblait être acté qu’Elon Musk allait acquérir Twitter, le patron de Tesla s’était finalement ravisé. Cela n’a pas plu au réseau social de microbloging qui a décidé, le 12 juillet, d’attaquer Elon Musk en justice. Selon les termes convenus fin avril 2022, le groupe californien était valorisé à 44 milliards d’euros.

Tout a commencé au début du mois d’avril 2022. A ce moment-là, Elon Musk devient le premier actionnaire de Twitter à hauteur de 9,2 % pour un montant estimé alors à 2,6 millions d’euros. Cette position au sein du réseau social lui donne quelques idées et souhaite donc faire bouger les lignes au sein du groupe. On pense alors qu’il va devenir  l’un des dirigeants de la firme en intégrant le conseil d’administration de Twitter.

Toutefois, il n’en sera finalement rien comme l’indique Parag Agrawal, PDG de l’entreprise : « Je pense que c’est pour le mieux. Nous avons toujours apprécié et apprécions toujours l’apport de nos actionnaires, qu’ils fassent partie ou non de notre conseil d’administration ».

Twitter va attaquer Elon Musk en justice pour forcer le rachat 

Quatre jours après cette annonce, Twitter a engagé des poursuites contre le patron de Tesla afin qu’il tienne son engagement initial, à savoir racheter le réseau social contre un peu plus de 40 milliards d’euros.

Dans sa plainte, la firme déclare qu’Elon Musk « a prétendu suspendre l’accord en attendant de satisfaire des conditions imaginaires, faillir à son obligation de trouver des financements enfreint son devoir de réserve et utilisé des informations confidentielles à de mauvaises fins ». L’entreprise considère que le fondateur de SpaceX avait agi de « manière hypocrite » en lui demandant des informations sur la société pour ensuite affirmer que ces informations étaient fausses.

C’est un juge d’une cour spécialisée en droit des affaires, située dans l’Etat du Delaware aux Etats-Unis, qui va devoir déterminer si le multimilliardaire peut mettre fin à l’accord d’acquisition ou non. Elon Musk devrait mettre la main à la poche dans tous les cas puisque l’accord prévoit des indemnités de rupture d’un milliard de dollars. De son coté, Elon Musk a réagi à cette procédure sur son réseau social favori en postant : «  Oh l’ironie, lol ».

Source : Le siècle digital

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page