A « AL-IHSANE », les femmes sont aidées à s’insérer dans la vie socioprofessionnelle à travers l’alphabétisation en mooré

Fin de formation en alphabétisation en mooré pour des femmes de Nioko II de la ville de Ouagadougou. La remise symbolique de leurs attestions d’apprentissage est intervenue au cours d’une cérémonie officielle tenue ce samedi 30 juillet 2022 à l’école primaire publique de ladite commune. A l’occasion, des plants d’arbres ont été mis en terre. 

La suite après cette publicité

Selon Rasmata Sogoba/Sinon, présidente de l’Association « AL-IHSANE » ‘’bienfaisance’’, le développement d’un pays repose en partie sinon en grande partie sur le niveau d’alphabétisation de sa population. Et pour elle, l’alphabétisation en langue mooré est la voie sûre pour atteindre au moins les 40% indiqués.

Rasmata Sogoba-Sinon.
Rasmata Sogoba/Sinon, présidente de l’Association « AL-IHSANE ».

« Pour espérer amorcer le développement dans un pays, il faut au moins avoir atteint 40% de taux d’alphabétisation. Et pour nous, l’alphabétisation en langue mooré c’est la voie royale pour ces pauvres femmes du quartier non-loti de pouvoir s’autonomiser afin d’être utiles à elles-mêmes, à leurs familles et à toute la société », a-t-elle indiqué. 

D’où la présente cérémonie qui a pour objectif de « Magnifier les apprenantes, les encourager, les motiver davantage et inciter celles qui ne sont pas encore dans le rang de l’alphabétisation à venir se faire alphabétiser », a aussi déclaré Rasmata Sogoba/Sinon.

Hawa Guira-Bissiri.
Hawa Guira-Bissiri, marraine de la promotion sortante, par ailleurs Coordinatrice nationale de l’Association IQRA.

« Investir dans une femme, c’est investir utile », a dit Hawa Guira/Bissiri, marraine de la promotion sortante, par ailleurs Coordinatrice nationale de l’Association IQRA, avant d’être plus explicite : « Si vous investissez dans une femme, elle est à même de faire profiter les retombées de l’investissement à un bon nombre de personnes. Et surtout, en ces temps difficiles de crise sécuritaire où l’on constate que les femmes sont de plus en plus impliquées dans ces groupes terroristes, il est plus qu’impératif que nous puissions donner une éducation de qualité à nos femmes ».

C’est donc le soutien dont ont besoin ces femmes qu’elle est venue en partie leur apporter de par sa présence et de vive voix. « Voir des femmes comme ça, engagées, il faut les appuyer par tous les moyens pour qu’elles soient beaucoup plus résilientes, autonomes pour qu’elles puissent s’occuper de leurs familles, de leur entourage et d’être des vecteurs de paix, de cohésion sociale et de développement pour tout le Burkina Faso », a fait savoir la marraine.

Pascaline Kafando, l’une des apprenantes, a confié que la formation suivie lui a permis de savoir correctement composer les numéros de téléphones et calculer son argent.

Bilan satisfaisant !

« On a commencé en 2020. Nous sommes, cette année, à la troisième année. En tout, on a eu 63 apprenantes. A la première et à la deuxième année, on a eu un taux de succès de 100%. Cette année, on a eu 81,25% comme taux de succès. Pour nous, c’est satisfaisant. Et les bénéficiaires aussi, sont satisfaites », a en outre apprécié la présidente Sogoba. 

En termes de perspectives, l’on voudrait ouvrir du côté de l’Association d’autres centres de formation pour accompagner les femmes formées. « C’est d’ouvrir encore d’autres centres pour pouvoir accompagner ces femmes. Pour celles qui viennent d’être alphabétisées, nous allons continuer toujours dans ce sens. On va leur permettre d’utiliser ces acquis en mooré pour accéder au français.

Notre ambition donc, c’est de pouvoir les accompagner l’année prochaine et d’autres femmes aussi qui nous approchent. Après l’alphabétisation, il y a une formation en métier qui est également assurée (formation en fabrication de savon liquide et solide, du soumbala, etc.). Nous espérons vraiment pouvoir aider ces femmes à s’insérer dans la vie socioprofessionnelle à travers l’alphabétisation », a révélé la présidente.

« AL-IHSANE », aussi soucieuse de l’environnement, a fait mettre en terre des plants.

« AL-IHSANE » est une association féminine œuvrant pour le développement socio-économique et culturel des femmes et des enfants par la promotion de la solidarité, l’entraide et le bien-être des couches sociales vulnérables et démunies.

Tambi Serge Pacôme ZONGO 

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page