Accès au financement agricole par le digital : Farafina Agri-funding, une solution de financement participatif

La société Farafina Agri-funding a tenu une session de formation et de sensibilisation à l’égard des Hommes de médias et des acteurs du monde agricole, tels que les associations, et les entrepreneurs agricoles sur le bien-fondé du financement participatif dans ce secteur, ce samedi 30 juillet 2022, à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

D’après la société Farafina Agri-funding l’entrepreneur agricole, bénéficie de peu d’accompagnement notamment l’accès aux financements. Comme alternative à cette situation, la société entend vulgariser le mode de financement participatif afin de créer une dynamique dans ce secteur.

C’est à cet effet qu’elle a décidé d’outiller et sensibiliser, tant les hommes de média pour servir de relais mais également les acteurs de l’entrepreneuriat agricole sur sa plateforme digitale  de financement participatif « Farafina Agri-funding ». 

Le financement participatif est un moyen de financement par la récolte de petits moyens au niveau de la grande de masse. Donc c’est sous le thème « le financement participatif, comme alternative de financement de l’Agriculture » que s’est tenue les différentes interventions de ce cadre de d’information et de sensibilisation.

L’idée, selon les organisateurs, c’est de former et sensibiliser les parties prenantes sur le financement participatif et par ailleurs en faire des relais pour vulgariser le concept auprès des populations.

Pour y parvenir plusieurs communications ont été présentées dont le financement participatif assuré par Aly Simboro, directeur général de Farafina Agri-funding, la réglementation et le cadre du financement participatif tenu par l’expert en mobilisation des ressources Levis Djiguemdé.

A travers ces communications, il s’est agi de mettre en lumière les difficultés liées à la mise en œuvre de ce modèle de financement dont, les mentalités des uns et des autres, la difficulté d’adaptation du système au contexte du Burkina, une règlementation non établie, la technologie, soit les moyens de payement difficilement adoptés par la masse, la mauvaise couverture internet, etc.

« En 2017 nous avons noté 34 milliards de dollars de financement participatif  récoltés dans le monde entier dont seulement 6 millions en Afrique. Ce qui est vraiment insuffisant. Au Burkina la plupart des investisseurs sont de la diaspora. Cette formation, c’est aussi un moyen pour nous de faire savoir aux investisseurs que cela est également possible », a déclaré Aly Simboro, directeur général de Farafina Agri-funding.

Pour sa part Levis Djiguiemdé a salué ce projet car a-t-il souligné : « un phénomène congruent avec la culture traditionnelle de réciprocité communautaire en Afrique. Au Burkina Faso, il existait sous forme de tontine. C’est juste une façon de puiser peu chez la masse pour un investissement  ».

            Aly Simboro directeur général de Farafina Agri-Funding

Farafina Agri-Funding est une entreprise sociale œuvrant dans le développement de l’agriculture au Burkina Faso à travers une plateforme numérique de financement participatif créée en 2019.

Abdoul Gani BARRY

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page