Tribune | Ramiz Gouem salue à sa juste valeur la lettre de demande de pardon de Blaise Compaoré

Ceci est une tribune d’un citoyen burkinabè, Ramiz Gouem, sur l’actualité nationale.

Les plus grandes nations érigent leurs fondations, dans la douleur et l’élévation, il y a donc dans la vie d’une patrie, des moments où chaque patriote est appelé à prendre ses responsabilités, à assumer son devoir patriotique. Si la patrie est le nom sentimental de la nation, le patriotisme en est l’étalon le plus suprême, la mesure la plus élevée.

La suite après cette publicité

En ces moments difficiles que traverse notre cher Burkina, il est impérieux, il est crucial et même vital que chaque digne fils du pays des Hommes intègres, s’implique dans le processus de restauration de notre dignité, dignité chère chère à nos aïeux, à nos ancêtres; que nous nous invitions, individuellement et collectivement dans la sauvegarde de notre intégrité territoriale.

Pour notre part, il convient de rappeler que la condition sine qua non de la paix durable et de la cohésion sociale parfaite réside, et ce, de manière consubstantielle, dans la réconciliation et surtout au moment où l’ennemi accentue ses agressions. 

Il nous faut ressouder les liens et renforcer la confiance entre filles et fils de la nation burkinabè. C’est dans ce sens que nous saluons à sa juste valeur la lettre de demande de pardon de l’ancien chef d’État, le président Blaise COMPAORÉ comme un acte patriotique, courageux et salutaire. 

Il témoigne ainsi aux Burkinabè et au monde entier qu’il porte le Burkina dans son cœur et l’élève au-delà de toute autre considération !!!

Merci aux chefs coutumiers et aux personnes ressources qui soutiennent la réconciliation engagée par le président DAMIBA.

Vive la transition.

Ensemble nous sommes forts.

Ramiz Gouem

Écouter l’article
publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page