Sortie du PDG d’EBOMAF : Le GAPEC s’oppose et l’invite plutôt à être candidat

Le Groupement des acteurs et petits commerçants du Burkina Faso (GAPEC) a tenu à se prononcer après la sortie médiatique du Président directeur général (PDG) du Groupe EBOMAF, notamment sur la barrière que ce dernier a affirmé pouvoir constituer pour tout opérateur économique qui aurait la prétention de devenir, un jour, Président du Faso. C’était ce lundi 15 août 2022, à l’occasion d’une conférence de presse, à Ouagadougou. 

La suite après cette publicité

« Nous avons suivi l’intervention du Président directeur général du Groupe EBOMAF et nous avons jugé bon d’intervenir. On a trouvé que ces propos ne convenaient pas à notre ambition en tant que petits commerçants voulant devenir opérateurs économiques demain et pourquoi pas cette ambition de devenir Président du Faso », a d’emblée indiqué Soumaila Zongo, Coordonnateur du Groupement des acteurs et petits commerçants du Burkina Faso (GAPEC), qui dit n’avoir pas approché le groupement et lui, le PDG d’EBOMAF avant de tenir cette rencontre avec la presse.

Soumaila Zongo
Soumaila Zongo, Coordonnateur du Groupement des acteurs et petits commerçants du Burkina Faso (GAPEC).

« Nous n’avons pas eu à approcher le PDG d’EBOMAF pour demander pourquoi ces propos ont été dits, et nous n’allons pas le faire. Parce que ce n’est pas des propos qui devraient être dits maintenant », a ensuite fait savoir le Coordonnateur du GAPEC. Et aussi parce que, « nous aurions voulu que le président EBOMAF puisse se présenter pour que nous, petits opérateurs économiques, puissions le soutenir », a-t-il de même expliqué.

« Si un opérateur économique a le courage de dire qu’il a le pouvoir de barrer le chemin à quelqu’un de briguer la magistrature suprême, c’est qu’il a le pouvoir de gérer le pays lui aussi », a également estimé Soumaila Zongo.

« Notre appel, c’est de l’appeler à être candidat à la magistrature suprême », a plutôt lancé le GAPEC à l’endroit de Mahamadou Bonkoungou, PDG d’EBOMAF, ajoutant que : « Nous pensons qu’un opérateur économique aujourd’hui à la présidence va faciliter la vie qui est chère. Parce qu’il comprend comment ça se passe. Il va permettre que le pays aille très loin comme d’autres pays dirigés ou qui ont été dirigés par des opérateurs économiques ».

L’appel du GAPEC a aussi concerné tous les opérateurs économiques burkinabè. « Nous appelons nos opérateurs économiques à avoir cette ambition de briguer cette présidence afin d’intervenir pour nos problèmes », a appelé Soumaila Zongo, laissant entendre, « nous ne pensons pas qu’il y a une clause qui empêche un opérateur économique de briguer la magistrature suprême » ce, en prenant le cas de feu Boukari Tintin, opérateur économique burkinabè, qui a voulu être président.

Tambi Serge Pacôme ZONGO

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Serge Pacôme ZONGO

Tambi Serge Pacôme ZONGO, journaliste s'intéressant aux questions politiques et de développement durable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page