Albert Ouédraogo visite une usine de fabrication de produits pharmaceutiques mise place par des Burkinabè

Le chef du gouvernement de transition, Albert Ouédraogo, a visité une usine de fabrication de médicaments génériques basée à Googho, un village situé dans la commune «émergente» de Komsilga ce mardi 23 août 2022.  

La suite après cette publicité

À l’issue de la visite, le Premier ministre Albert Ouédraogo a affirmé que cette usine est importante pour le Burkina Faso,  car elle contribuera à mettre  des médicaments à moindre coût et à assurer une disponibilité en termes de produits pharmaceutiques. Albert Ouédraogo a soutenu que les médicaments qui sont fabriqués dans cette usine sont les produits plus demandés par les formations sanitaires burkinabè.

Albert Ouédraogo, Premier ministre du Burkina Faso

C’est une usine qui arrive à point nommé, selon le chef de l’exécutif, car la survenue de la pandémie de COVID-19, a-t-il dit, a commandé la nécessité d’aller vers une production locale des produits pharmaceutiques.

«C’est un projet qui va contribuer à la création d’emplois, à la création des richesses. Et je me réjouis de constater que c’est un projet qui est entièrement porté par des Burkinabè. Et ce qui veut dire qu’au Burkina Faso, nous avons de plus en plus des personnes, des promoteurs qui ont des capacités financières, techniques pour mettre en place ce genre d’unité», s’est-il réjoui  en soutenant que son gouvernement travaillera à appuyer les promoteurs de ce genre de projets.

«En tout cas, le gouvernement est prêt à mettre en place toutes les facilités nécessaires pour permettre l’émergence de ce genre de projets. Parce qu’il s’agit d’une entreprise locale. Pour une fois, nous voyons des  Burkinabè s’investir dans ce genre de projets. C’est une entreprise entièrement locale, ce qui aussi contribue à développer une économie résiliente», a-t-il en substance ajouté.

Dr Armel Coefé, pharmacien de formation et directeur général de PROPHARM, car c’est ainsi que se dénomme cette usine, a souligné que cette visite du chef du gouvernement vient les réconforter.

Dr Armel Coefé

«Et nous, ça nous permet donc d’être plus engagés pour travailler à rendre les médicaments disponibles et accessibles pour notre système de santé», a-t-il argumenté.

Dr Armel Coeffe a informé que pour l’instant, ils vont commencer à produire trois produits d’abord à savoir le paracétamol 500 mg, le phloroglucinol 80 mg et Zinc sulfate 20 mg.

«Au départ ce sont ces trois molécules là qu’on va produire mais bien sûr la liste n’est pas exhaustive au fur et à mesure, on va aussi mettre en place la production des médicaments pour la prise en charge du paludisme», a-t-il renseigné.

Le premier ministre accompagné du ministre en charge du commerce et des agents de l’usine

Actuellement, les responsables de l’usine attendent que le processus des aspects juridiques et réglementaires s’achève. Dr Armel Coeffe a affirmé qu’ils sont à la dernière étape de cet aspect qui sera couronné par une inspection de l’agence nationale de régulation pharmaceutique afin de leur délivrer les procès-verbaux qui doivent être associés à l’ensemble d’autres dossiers déjà pour qu’ils aient l’autorisation de mise en marché de leurs produits.

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page