PN-GIRE : Les acteurs font le bilan à mi-parcours afin de renforcer la mise en œuvre

La 2eme session ordinaire du Comité de revue du Programme National pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PN-GIRE) se tient ce lundi 12 septembre 2022 à Ouagadougou.

La suite après cette publicité

Pour la présente session, les membres du comité de revue du Programme National pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (PN-GIRE) sont appelés à faire l’examen de l’état de mise en œuvre des recommandations des sessions passées, faire l’examen et l’adoption du bilan physique et financier du PTB 2022 au 30 juin, faire l’examen et l’adoption du Programme de Travail et Budget (PTB) 2022 révisé.

Le secteur de l’eau et de l’assainissement fait partie des domaines les plus touchés par l’insécurité du fait que la plupart des interventions de la PN-GIRE se font en zones rurales qui ne sont plus accessibles. Plusieurs activités prévues pour être mises en œuvre au premier semestre n’ont pu être normalement exécutées, selon Moustapha Congo, Secrétaire permanent de la GIRE.

Néanmoins, les acteurs ont fait preuve de résilience, chose qui a permis la réalisation de certaines activités. En effet, au 30 juin 2022, sur 496 activités, « 147 ont été entièrement réalisées, 81 partiellement réalisées et 42 en démarrage conduisant à un taux d’exécution factuel de 54,44% et à un taux d’exécution pondéré de 45,25% contre 49,83% à la même période en 2021.

La finalisation de la construction du barrage de Nanou, dans la commune de Boromo d’une capacité totale de 1 104 670 m3 ; la réalisation des travaux de sécurisation de cinq (05) barrages (Koulwéogo, Zangogo, Yaika, Bénaverou et Kabouda) et d’achèvement d’un barrage (barrage de Tanghin de Saaba) etc. ».

Concernant la Performance du Programme depuis son démarrage en juillet 2021, «  on observe qu’au 30 juin 2022, 10 indicateurs annuels sur les 15 ont atteint leurs cibles, soit un taux de 66,66 %. Le taux d’exécution financière est de 15,79% et du PPM est de 34,11% ».

Le Secrétariat Permanent pour la Gestion Intégrée des Ressources en eau (SP/GIRE) entend poursuivre les actions malgré le contexte difficile. « Au niveau du comité de revue, nous allons voir quelles sont les réorientations qui peuvent être faites en pratiquant la résilience au maximum pour permettre d’avoir des résultats au bénéfice des populations », a laissé entendre Moustapha Congo.

En rappel, l’objectif global du PN-GIRE est de « contribuer durablement à la satisfaction des besoins en eau douce des usagers et des écosystèmes aquatiques ».

Akim KY

Burkina 24 

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page