Syndicat National des Enseignants du Secondaire et du Supérieur : Souleymane Compaoré est le nouveau secrétaire général

publicite

Ouvert le 27 septembre 2022, le 25e congrès du Syndicat National des Enseignants du Secondaire et du Supérieur (SNESS) a refermé ses portes ce 28 septembre. Bilan du précédent mandat et renouvellement du bureau étaient à l’ordre du jour.

La suite après cette publicité

« Ce sont des sentiments empreints d’émotions, mitigés également, vu le poids de la responsabilité qui pèse sur nos épaules au regard du poste de secrétaire général national du SNESS », tels sont les premiers mots de Souleymane Compaoré, secrétaire général entrant du Syndicat National des Enseignants  du Secondaire et du Supérieur (SNESS).

Installé ce jour lors du 25e congrès du Syndicat National des Enseignants  du Secondaire et du Supérieur, Souleymane Compaoré dit placer son mandat sous le signe de la continuité. Continuer dans la logique du précédent révèle d’énormes défis, cependant, il se dit apte à les relever.

« Des défis parce que le monde de l’éducation traverse un certain nombre de difficultés liées à la crise sanitaire, à la crise sécuritaire, mais également à la vie chère, et ensemble avec les collègues, ensemble avec les militants, ensemble avec les membres du nouveau bureau national, ce sont ces défis que nous devons relever, et essayer d’améliorer les conditions de travail et de vie de nos militants, de manière particulière et des personnels de l’éducation de manière générale »,  évoque le désormais secrétaire général du SNESS.

« Au niveau du statut valorisant, il y a toujours des aspects qu’il faut parfaire »

Après deux mandats et une durée de 15 ans dans le bureau national, Anatole Zongo, secrétaire général sortant se dit satisfait du bilan engrangé lors de son mandat, même si cela n’a pas été de l’eau à boire. De façon résumée, il énumère ces défis relevés.

Lire aussi 👉👉 Éducation : C’est parti pour le 25e congrès du Syndicat des Enseignants du Secondaire et du Supérieur

« Nous pensons quand même que nous avons pu défendre tant bien que mal les intérêts moraux et matériels des travailleurs, pour ce qui concerne donc la gestion des carrières, ensemble, au sein de la SNESS, nous avons lutté à avoir un statut valorisant. 

Nous avons pu avoir un protocole d’accord, pour essayer de rendre le système éducatif assez performant. C’est ainsi qu’on a eu à demander la gratuité de l’éducation, même si on l’avait donné et actuellement on ne peut pas mettre cela en œuvre. Également, nous avons dit qu’il faut revoir la cantine scolaire, là aussi il y a pas mal de difficultés. Nous avons œuvré ensemble en équipe pour que les choses puissent aller au mieux possible ».

Les nouveaux membres du bureau du SNESS

Il invite par ailleurs la nouvelle équipe à prendre la relève pour poursuivre le chemin qui reste, car dit-il « au niveau du statut valorisant, il y a toujours des aspects qu’il faut parfaire ».

Sié Frédéric KAMBOU

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page