Côte d’Ivoire : Ouverture du procès de l’attentat de Grand-Bassam

Côte d’Ivoire – Le procès de l’attentat de Grand-Bassam s’est ouvert ce mercredi 30 Novembre 2022 à Abidjan, la capitale économique du pays. Quatre des accusés devraient comparaître alors que les autres sont en fuite ou en détention au Mali voisin.

La suite après cette publicité

L’attentat de Grand-Bassam en Mars 2016 avait fait 19 morts. Le procès relatif à ce triste évènement s’est ouvert ce mercredi 30 novembre à Abidjan à 13 heures devant le Tribunal criminel (Cour d’assises) d’Abidjan sous haute sécurité.

L’on se rappelle que le 13 mars 2016, de jeunes terroristes, d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi),  avaient lancé un assaut sur la place de Grand-Bassam, à une cinquantaine de kilomètres d’Abidjan. Les assaillants avaient tétanisé plusieurs hôtels et restaurants en bordure de mer avec leurs kalachnikovs qui semaient lé désolation.

Neuf Ivoiriens, quatre Français, un Libanais, une Allemande, une Macédonienne, une Malienne, une Nigériane et une personne non identifiée, avaient été tuées lors de l’attentat. Trente-trois personnes de diverses nationalités avaient également été blessées.

Dans son communiqué avant l’ouverture de cet procès, le Procureur de la République avait indiqué que « la procédure judiciaire ouverte à la suite de cet attentat a abouti au renvoi de dix-huit accusés devant le tribunal criminel pour répondre des faits d’actes terroristes, assassinat, tentative d’assassinat, recel de malfaiteurs, détention illégale d’armes à feu et de munitions de guerre et de complicité desdits faits », a-t-il précisé.

Seulement quatre des accusés en détention provisoire à Abidjan ont été présentés à ce procès, les autres étant soit en fuite, soit détenus au Mali.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a dit avoir perpétré cette attaque en représailles aux opérations antijihadistes Serval et Barkhane menées par la France et ses alliés dans la région du Sahel. Le groupe terroriste a reproché à la Côte d’Ivoire d’avoir livré certains de ses membres aux autorités maliennes.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page