Libération des femmes à Arbinda : L’union nationale des femmes du PPS félicite le gouvernement pour la « diligence »

Ceci est une déclaration de l’union nationale des femmes du Parti Panafricain pour le Salut (PPS) sur la libération des femmes enlevées à Arbinda.   

C’est avec consternation que nous, femmes du Parti Panafricain pour le Salut (PPS), avions appris par les médias et de source officielle l’enlèvement de soixante-deux (62) femmes et quatre (04) bébés à Arbinda dans la province du Soum (au nord du Burkina Faso). Par le même canal, nous apprenons la libération victorieuse de ces femmes et bébés par les forces de défense et de sécurité burkinabè le 20 janvier 2023.

La suite après cette publicité

Les enlèvements que subit la gent féminine, en particulier les mineures, connus il y a quelques années au Nigeria et dans d’autres pays, sont perpétrés aujourd’hui dans notre contrée. Cela montre à quel point la crise sécuritaire a atteint un seuil critique au Burkina Faso et dans la sous-région. Une fois de plus, la femme et l’enfant paient le lourd tribut dans cette escalade de l’insécurité. 

L’enlèvement d’Arbinda constitue une épreuve de trop dans la chaîne de souffrances endurées par les populations des zones sous influence terroriste. Nous, femmes du PPS, condamnons avec fermeté cet acte ignoble digne d’une lâcheté inouïe, fait à nos sœurs et filles d’Arbinda et demandons au gouvernement de la transition de mobiliser davantage de moyens pour la sécurité des Burkinabè, particulièrement dans les zones infestées.

 D’ores et déjà, nous félicitons le gouvernement pour la diligence et la fermeté avec lesquelles il s’est investi à retrouver et libérer les femmes et les enfants saines et sauves. Nous l’invitons par ailleurs à redoubler d’effort dans cette lutte contre l’insécurité grandissante afin d’assurer la libre circulation à tous les Burkinabè. Notre interpellation vaut un cri de cœur de femmes affligées et meurtries de voir toute une nation sombrer, de voir leurs sœurs, filles, et petites filles violenter et enlever alors que ces dernières étaient à la recherche de leur pitance quotidienne.

 En tout état de cause, nous ne saurions ignorer les actions engrangées par le président de la transition, Son Excellence le Capitaine Ibrahim TRAORE et son Gouvernement pour la restauration de la paix. C’est l’occasion pour nous de réitérer notre soutien à la transition dans cette lutte existentielle pour notre Nation. Nous lançons un appel à toutes les femmes du Burkina Faso à l’union sacrée pour barrer la route aux forces du mal et à toute forme de délinquance, et redonner l’espoir de vivre dans nos familles.

Le PPS, à travers ses femmes, reste mobilisé aux côtés du Gouvernement de la transition et des vaillants FDS et VDP afin que de pareilles atrocités ne se reproduisent plus sur le sol burkinabè et que la paix revienne au Faso.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

 Dignité — Équité — Tolérance !

Ouagadougou, le 22 janvier 2023

 Pour les femmes du PPS, La Secrétaire Nationale, Sita KONATE/SERE

publicite


publicite

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page