Burkina : Un faux recruteur dans les mailles de la BCLCC !

publicite

Les nouvelles technologies ont eu un impact important sur notre société et donc sur le marché de l’emploi. Internet est aujourd’hui un endroit privilégié pour une prise de contact entre recruteurs et candidats, que ce soit par e-mail, par des sites spécialisés ou généralistes, ou encore par les réseaux sociaux professionnels.

La suite après cette publicité

Malheureusement, certaines offres d’emplois diffusées sur Internet ne résultent pas de vrais recrutements. Elles sont en apparence identiques à de véritables offres, le plus souvent très attractives pour les candidats.

Ces fausses offres d’emploi sont créées par des fraudeurs qui se font passer pour de vrais recruteurs en usurpant le nom d’une entreprise, son adresse, l’identité d’un salarié ou d’un responsable de l’entreprise en vue de soutirer de l’argent aux probables candidats. C’est le cas de L.E qui, à travers plusieurs faux comptes et pages sur les réseaux sociaux usurpait des logos types de plusieurs entreprises de la place telles que LIZA MARKET, Alimentation Bon Samaritain, Marina Market, SCIMAS, OSH etc.

En effet, L.E publie à travers des faux comptes et pages des avis de recrutement d’agents ou employés (commerciaux, caissières, comptables, réceptionnistes, agents d’entretiens, agents de sécurité) sur les réseaux sociaux au profit de ces entreprises. Lorsqu’une personne intéressée le contacte, il lui fait savoir que les dossiers sont recevables via un compte WhatsApp.

Plus tard, L.E contacte la victime après réception de son dossier pour lui notifier que sa candidature a été validée ou retenue. Par conséquent, elle doit s’acquitter des frais de badge, de tenue de travail et de dossier. Dès réception desdits frais, L.E rompt le contact avec la victime.

En plus de ces fausses offres d’emploi, L.E. exerce également dans la promotion de vente d’articles en ligne à des prix très attractifs. Dès qu’un client lance la commande, il exige un paiement électronique et une fois le paiement effectué, le contact est rompu avec ce dernier.

Aux termes de l’enquête, L.E a été conduit devant Monsieur le Procureur du Faso près le Tribunal de Grande Instance Ouaga I pour répondre des faits qui lui sont reprochés.

La Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité invite les internautes à toujours se référer aux pages ou sites officiels des entreprises pour les avis de recrutement ou tout autre besoin.

Source : Brigade Centrale de Lutte Contre la Cybercriminalité (BCLCC)

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page