Faux médicaments saisis. Photo: Burkina24

Lutte contre la criminalité pharmaceutique: Plus 3,5 tonnes de faux médicaments saisis par la Police.

2128 0

« Les médicaments de la rue tuent!  » Ce slogan publicitaire est plus qu’une réalité, et on cessera jamais de le répéter. Les efforts déployés par la police et les différentes administrations impliquées dans la lutte contre ce fléau ont permis de mettre la main sur des trafiquants de ces produits prohibés. Ce fut l’objet d’un point de presse dans les locaux de la SRPJ ce vendredi 13 janvier 2012.

Faux médicaments saisis. Photo: Burkina24
Faux médicaments saisis. Photo: Burkina24

Les conséquences sanitaires causées par la consommation des médicaments de la rue ont désastreuses sur la santé. Selon le Dr PARE, président de l’ordre des pharmaciens du Burkina, les consommateurs de ces produits peuvent être sujets à des intoxications aiguës ou chroniques. Les intoxications aiguës provoquent des vomissements sanguinolents, des démangeaisons, des diarrhées, etc. Les intoxications chroniques selon le DR PARE, sont plus insidieuses et détruisent des organes vitaux tels que le foie, les reins, etc, car elles résultent de l’accumulations à long termes des toxines des ces produits frauduleux.

Le principal mis en cause dans cette affaire est un commerçant du nom de OUEDRAOGO Michel qui a été interpellé le 06 janvier dernier dans la zone commerciale du grand marché de Ouagadougou. Avec environ une quinzaine d’année dans le commerce de ces médicaments prohibés, ce dernier disposait de trois magasins de stockage et importait ses produits de pays voisins . La valeur des produits saisis est estimée à environ 27 millions de FCFA. D’autres trafiquants en fuite font l’objet de recherches, et l’un d’entre eux a abandonné sa voiture avant de disparaître dans la nature, après qu’il soit tombé sur une patrouille de la Brigade Anti-Criminalité (BAC).

Le représentant de la ligue des consommateurs qualifie, M. MOSSE Abdoulaye, qualifie la vente de ces médicaments de la rue de double crime, au plan économique et sanitaire, tout en déplorant le fait que ces produits puissent  toujours entrer au Burkina en aussi grande  quantité.

Si les forces de sécurité travaillent d’arrache-pied à mettre le grappin sur ces criminels d’un autre genre, il faudrait que les services qui sécurisent les frontières du Burkina fassent preuve d’efficacité dans la lutte contre la fraude transfrontalière. Cela y va de la santé des populations et de l’économie nationale.

Il y a 1 commentaire

  1. Descendons dans la RUE avec ceux qui ‘n’auront rien dimaen ou plus rien !!!!C’est l’hallali !!! pour eux et ceux qui sont derri?re !! Assez de passivit? !! ? croire ? un sauveur ou une sauveur providentiel nous sortira de l? !!!!Ils va nous falloir ?tre radicaux sans violence exag?r?e mais D?TERMIN? !! Ils ne doivent plus avoir aucun pouvoir !!! JAMAIS !!! MOI JE SUIS PR?T !!! ET VOUS ????????

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre