Pénurie de gaz au Burkina : La SONABHY accuse la spéculation et propose une augmentation des prix

2848 3
Le DG de la SONABHY, Paul Marie Compaoré : « Nous sommes étonnés de constater que malgré nos livraisons journalières (…), des consommateurs continuent de chercher vainement du gaz  » (Ph ; Burkina 24)

La SONABHY est étonnée que les consommateurs continuent de chercher vainement le gaz butane à Ouagadougou. Paul Marie Compaoré, son directeur général, lors d’une conférence de presse ce mercredi 10 octobre 2012, a assuré qu’« il y a du gaz », que depuis septembre, 5 000 t de gaz ont été injectées dans le marché  et qu’en ce moment, 120 t par jour sont livrées. Les seuls fautifs : les spéculateurs, même si on reconnaît que la caisse de la SONABHY n’est pas au mieux de sa forme.

Le point de départ de la pénurie se situe en début septembre. « Du fait de nos impayées, explique Paul Marie Compaoré, un des fournisseurs, nous avons loupé une livraison en début septembre. Si bien que nous n’avons pu livrer que 3 000 t en septembre ». Le problème initial vient donc de la trésorerie de la SONABHY. Le DG confirme : « la société connaît de sérieuses difficultés de trésorerie ». L’Etat lui doit depuis 2010, environ 38 milliards de F CFA, qui ont été certes payés, mais en titres que la SONABHY doit refinancer par le système bancaire.

120 tonnes de gaz par jour injectées sur le marché

La SONABHY assure qu’il y a du gaz et que 120 t sortent par jour du dépôt de Bingo (Ph : Burkina 24)

Néanmoins, le DG rassure : « la SONABHY n’est pas en cessations de paiement et nos fournisseurs n’ont pas suspendus leurs livraisons ». Voilà pourquoi d’une livraison de 103 t par jour aux mois d’août et de juillet, la SONABHY est passée à 120 t de bouteilles remplies par jour pour rattraper le retard causé en début septembre, en faisant travailler 24h/24 ses ouvriers.

C’est la raison pour laquelle le DG s’étonne : « Nous sommes étonnés, peinés de constater que malgré nos livraisons journalières (…), des consommateurs continuent de chercher vainement du gaz dans les différents lieux de vente. » Il assure qu’il « y a du gaz ». Pourquoi les Ouagalais n’en ont pas ? Paul Marie Compaoré a sa petite idée.

Le gaz du Faso vendu  hors du Burkina ?

Il informe en effet que la bouteille de 12 kg coûte 13 000 F CFA au Mali et 8060 F CFA au Bénin.

Les bouteilles de gaz du Burkina sont-elles vendues hors des frontières ? (Ph : Burkina 24)

« Avec de telles différences, il n’est pas exclu qu’il y ait des sorties de notre gaz », conclut-il. Il ajoute la spéculation qui fait de plus en plus rage autour du produit, la crainte d’une pénurie qui pousse les consommateurs à faire des « provisions » qui appauvrissent le marché et l’utilisation du gaz, parce que subventionné donc moins cher, par certains secteurs d’activités (taxi à gaz, etc.).

Lutter contre les spéculateurs

La solution donc pour lui, c’est de lutter contre la spéculation. « Mais la SONABHY ne peut pas faire la police », prévient-il. Ce rôle incombe à des organes plus habilités comme l’Inspection générale des affaires économiques (IGAE). A ce propos, Hamadou Bamogo, membre de cette inspection, a assuré que sa structure intensifiera les contrôles afin de débusquer les spéculateurs et qu’une opération en coalition avec la gendarmerie est en gestation.

« Nous réclamons une augmentation » des prix

La SONABHY assure que ses équipes travaillent 24h/24. Ici, le centre d’emplissage de Bingo (Ph : Burkina 24)

Mais l’IGAE ne donnera que ce qu’elle a. Le DG de la SONABHY assure que l’une des solutions est d’augmenter les prix du gaz. « Nous réclamons une augmentation, un réajustement », a-t-il dit. Il propose que celle-ci se fasse sur les bouteilles de 12 kg, qu’elle passe de 4 000 à 5000 F CFA. « Si le consommateur, qui peut actuellement payer jusqu’à 7 000 F CFA, peut bien consentir ce sacrifice de 1 000 F CFA ». Il rappelle que le prix de vente  réel de la bouteille de gaz de 12 kg est  de 10 495 F CFA et que l’Etat casque environ 20 milliards de F CFA de subvention par an.

« Si les finances suivent, il n’y aura plus de pénurie »

Il assure que cette augmentation de prix soulagera la caisse et de la SONABHY et de l’Etat et aura pour avantage de lutter contre la spéculation, en attendant une harmonisation des prix avec les autres pays.

A quand la prochaine pénurie ? « A l’international, il y a du gaz. Il faut payer (…). Si les finances suivent, il n’y aura plus de pénurie ». Foi  de Paul Marie Compaoré !

Pour rappel, la consommation en gaz butane au Burkina est passée de 20 000 t en 2007 à 40 000 t en  2012.

 

Il y a 3 commentaires

  1. Moi je peux vous dire avec certitude que cette hausse est due ? toutes ces personnes qui profitent des faiblesses du syst?me. Le gaz destin? aux m?nages se retrouve dans des unit?s de production de mangues s?ch?es qui ne veulent pas du gaz livr? en citerne parce que non subventionn? et donc se rabattent sur les bouteilles de gaz domestiques subventionn?es. En guise d’exemple, je connais une unit? (soci?t? dont je tairai le nom) qui utilise ? elle seule 4 000 bouteilles de gaz pour profiter des subventions de l’Etat… sauf que ces gens finissent par pomper tout le gaz qui est destin? aux m?nages d’o? des p?nuries malgr? les efforts de la SONABHY. Donc monsieur le DG, avant m?me de parler de hausse je vous conseille d’effectuer une inspection s?rieuse sur la chaine d’approvisionnement afin que le gaz destin? aux m?nages et uniquement aux m?nages leur parviennent effectivement.
    merci

  2. bj,vous Savez Mr le DG de la SONABY ,ce n’est pas en baissant le thermom?tre que la fi?vre sera baiss?;sa veut dire que ce n’est pas en augmenta les prix de Gaz qui va r?soudre votre probl?me.par-contre vous devez grouill? avec l’?tat pour satisfaire la population.au burkina il ya la lutte contre la d?sertification,donc PENSEZ EN.pourquoi augment? 1000f.vous avez raison qu’es ce que vous pay?.a bon a-tendeur salut.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre