Guerre au Mali : Diabali, Konna et des « bérets rouges » libérés

130118_z981c_mali-carte-konna_sn635 (1)Selon des sources concordantes, les villes de Konna et Diabali, qui étaient tombées entre les mains des islamistes et qui ont déclenché l’offensive de la France au Mali, sont revenues sous la domination de Bamako pendant ces dernières 24 heures. Les troupes maliennes et françaises continuent leur progression vers le Nord du pays.

La suite après cette publicité

Dans le même temps, est annoncée la libération de certains bérets rouges, ces commandos parachutistes qui constituaient la garde rapprochée du président Amadou Toumani Touré et faits prisonniers par les bérets verts du capitaine Haya Sanogo lors de son coup d’Etat, selon Malijet.net. Ils seraient au nombre de 48 en détention, mais tous n’ont pas été libérés.

La semaine dernière, selon toujours cette source, un collectif de bérets rouges a écrit une lettre au président Dioncounda Traoré pour lui exprimer leur désir d’aller combattre les groupes islamistes et terroristes.

(Carte : Radio Canada)

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

3 commentaires

  1. jai pourtant prevenu mes freres du MALI que la guerre nous arrange nul part.
    tu veut tu veyt pas nous sommes tous pareil,MALIEN BURKINABE SENEGAL NIGER GUINEE CENTRAFRIKAIN AFRICAIN.
    pourquoi tout ca?
    dresser mes freres contre mes freres,c’est le SYSTEME DU VAMPURE.
    personne ne peut detruire ceque DIEU a construire…
    les gourdins et les coutelettes que nous payons avec loccudent t’inutil!
    a chak fois qu’un afrikain paye une c’est contre lui meme.

  2. N’est-ce pas que c’est par patriotisme? A nous aller!

  3. c? pa l ber? qui combat,c? l,homme,et en plus la guerre c? la logistique,personne n,a 3 t?tes ni 5bras

  4. Trop de treillis ne g?tent la guerre. Ils sont Maliens et militaires. Qu’on les laisse donc aller au front.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page