Les histoires de Tanga : Le Rasta

L’eau se congèle en Antarctique, se liquéfie sous l’équateur et s’évapore dans un volcan. Elle s’adapte à son environnement. C’est ce que Kanagalofô n’avait pas forcément compris.

La suite après cette publicité
Photo d'illustration (tugentelatina.com)
Photo d’illustration (tugentelatina.com)

Revenu de son voyage en Afrique du Sud où il a piqué le virus du rastafarisme, le jeune homme s’était foncièrement révolté contre ce qu’il voyait autour de lui, dans son pays.

Il était écoeuré par l’hypocrisie incrustée dans la langue de bois, comme une hache et sa manche, qui saupoudrait la vilenie de la réalité ambiante de ses compatriotes. Kanagalofô commença par en parler autour de lui, s’enflammant, indexant, fustigeant à tout va.

L’oncle prévint

Un oncle lui dit un jour, « mon fils, toute la vérité n’est pas bonne  à dire parce qu’il y a une vérité qui peut plus détruire que construire ». Mais pour Kanagalofô, cette vérité que tout le monde cachait était bonne à dire et construirait certainement.

C’est ainsi qu’il décida de trouver un phare, un endroit où sa voix pouvait être amplifiée. Il tourna un bon moment, puis finit par trouver : une radio. Il proposa une émission qui séduisit le chef des programmes. Dès les premières notes, la voix de Kanagalofô plut. Son audimat battit les autres émissions en l’espace de quelques semaines. Il trouva par là une parade à ce que son oncle disait : « la vérité est que ça ne va pas ».

La voix coupée

Mais le corps du serpent a beau vouloir se reposer, si la seule tête ne veut pas, il devra se résigner. C’est ainsi que ceux que Kanagalofô attaquait, attaquèrent. Son patron décida  l’arrêt de son émission. Kanagalafô ne sut la raison  que bien plus tard.

Un agent des impôts avait présenté au patron de la radio ce qu’il devait à l’Etat depuis … 10 ans …

Votre serviteur Tanga ([email protected])

publicite


publicite

Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page