Insalubrité à l’Hôtel Administratif de Bobo : C’est criard, mais des solutions sont pour bientôt

La suite après cette publicité
L'hôtel administratif de Bobo
L’Hôtel Administratif de Bobo

Inaugurée en février 2012, l’Hôtel Administratif de Bobo souffre de manques d’entretien et d’internet. Burkina 24 a rencontré le Directeur Régional des affaires immobilières et de  l’équipement de l’État, M. Antoine TAONSA, et celui-ci assure que des solutions seront trouvées très bientôt.

 Au portail de l’Hôtel Administratif, pas de vigile pour contrôler les entrées. Une fois dans la cour, un paradoxe : des herbes sauvages encerclent d’une ceinture verte ce bel immeuble. Quelques pas de plus, sous l’auvent, un regard vers le haut, et nous constatons une large couverture de toiles  d’araignées.

Des toiles d’araignées sur l'auvent (Ph : B24)
Des toiles d’araignées sur l’auvent (Ph : B24)

Nous ne sommes pas au bout de notre étonnement : Une fois dans la maison, un sol bruni car n’ayant connu aucun coup de serpillière depuis des jours. L’insalubrité est ambiante à l’accueil et dans les couloirs. Pourtant, chacune des directions régionales qui logent dans ce bâtiment entretient ses bureaux.

Les escaliers, deuxième étage : nous demandons une audience avec le Directeur Régional des affaires immobilières et de  l’équipement de l’État, M. Antoine TAONSA.  Tout d’abord, présentation : « Je suis M.K, journaliste à Burkina 24. Vous pourriez vous connecter pour visiter le site si ce n’est déjà fait. » Impossible, puisqu’il n’y a pas de connexion à internet dans ce bâtiment. Enfin ! Le seul service à en avoir, c’est la Direction du Budget, et d’ailleurs, elle a emmené l’antenne de son ancien siège. Le téléphone ? Il venait d’être installé il y a quelques semaines.

Comment la situation est née

Des herbes sauvages dans l'enceinte de l'Hôtel.
Des herbes sauvages dans l’enceinte de l’Hôtel (Ph : B24)

Notre hôte nous explique : « Lorsque le bâtiment a été réceptionné, c’est en ce moment qu’ils ont fait la répartition des bureaux. Pour que l’administration puisse s’installer, il fallait qu’un certain nombre de commodités soient réunies, notamment, l’électricité, l’eau, le téléphone. Or, après la réception, chaque ministère a sommé sa direction régionale de rejoindre son nouveau bureau sans attendre.»

Bientôt, tout sera en ordre

M. TAONSA assure que pour le nettoyage du bâtiment et les prestations de vigiles, des appels d’offre ont été lancés. Il ajoute qu’un entrepreneur a été retenu pour le pavoisement de la cour.

Vivement, que ce carrefour des services publics ne soit plus celui de l’insalubrité et de l’incommodité.

Michel KONKOBO

Pour Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page