Perles aux examens : Il ne faut pas en rire

Le Mercure de cette semaine parlera du BEPC (Brevet d’études du premier cycle) dont la session 2013 a connu son prologue, son déroulement et son épilogue au Burkina. Au-delà des résultats jugés catastrophiques, le Mercure s’intéresse aux « perles » relayées via le Net.

La suite après cette publicité

Morale    Ph : ilyaunsiecle.blog.lemonde.fr

Objets de curiosité hilarante

Les épreuves écrites du premier tour ont à peine été corrigées que les médias ont été investis par ces fameuses « perles » sur lesquelles tout le monde s’est jeté pour assouvir sa curiosité. Malheureusement, il y avait de quoi étancher pareille soif.

L’ampleur des « dégâts » est telle qu’il n’est plus question de pouffer de rire. Mais plutôt  prendre conscience : la qualité de l’éducation, que dis-je ? de l’enseignement au Burkina est en train de prendre l’eau de toutes parts.

Des solutions et vite !

Et les premiers à faire cette prise de conscience sont les enseignants qui ont noté ces perles et qui ont permis de les rendre publiques. Il est à espérer qu’ils sont conscients qu’à travers les tares de leurs élèves, c’est l’aveu de leur incapacité et que les échecs de ces enfants sont aussi et surtout les leurs.

Ensuite, de telles « bêtises » doivent faire baisser la tête à tout ministre qui s’occupe de l’enseignement au Burkina. Parce qu’au-delà de l’argument facile du « les enfants d’aujourd’hui refusent de bosser », il faut se poser les vraies questions afin de trouver les bonnes réponses.

Le débat est ouvert

« Goinfrer » la bouche des classes du CP1 d’effectifs pour ensuite les pousser à l’aide de politiques lubrifiées mais lâches dans l’œsophage du primaire sans penser à l’estomac du secondaire et du supérieur qui n’accueille que de la qualité, cela ne peut que donner lieu au dérèglement de l’appareil digestif du système éducatif burkinabè.

La preuve, il a fallu des états généraux, après plus de 50 ans d’indépendance, pour se rendre compte qu’il fallait faire du supérieur une priorité !

Les « perles » aux examens ne doivent plus être un sujet hilarant. « J’estime que ces « perles » cachent sans doute des insuffisances ailleurs que nous refusons peut-être d’admettre », disait un enseignant. Quelles sont ces insuffisances ? Le débat est ouvert pour une éducation burkinabè moins bancale et moins productrice de … « perles »…

La Rédaction

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

11 commentaires

  1. j vous comprend tous mais arreter de chercher une voie ou vous savez pas ou xa vous amene,de grace inscrivons nos enfants et essayons de les eduquer dans une oeuvre concrete,couture,mecanique.en afrique tous les dirrigeants sont des cons sans poils qui s ouvre a une minorite malade laissant c qui peuvent sauver le pays en marges

  2. En tout ?tat de cause m?me en France la grammaire et le vocabulaire ne sont ? peine maitris?s que par une minorit? d’?l?ves et d’?tudiants ? cause de l’influence des n tic. Il faudrait peut ?tre instaurer des ?tats g?n?raux de l’enseignement au Burkina, ou on essayera de r?fl?chir sur comment les NTIC peuvent constituer un tremplin pour l’?ducation.

  3. mrci ? m? pred? qi ont su partag? l? respon .l’enseig n? plu un sacerdos on ? la en entendant ,avk un etat qi c d?sengag et d? paren d + en + irrespon sa devient du libertinag pr l? pauvr encor inconscien pr leur avenir

  4. les enseignants ont leurs pat de resposabilit?,mais il faut r?connaitre ausi que le niveau des ?l?ves est tr?s,au d’?tudi?,ils passent leur tempt ? gr?v?,donc cela ne doit nous surprendre s’ils font des b?tises aux examens.

  5. les causes de cette crise notre syst?me educatif sont transversales.pour moi, le tout 1er responsable c'est le gouvernement qui n'offre pas des conditions favorable pour lenseignement.Comment peut-on comprendre que les garants de l'education soit parmi les mal paay?? comment peut-on imaginer une classe de CP1 avec 120 enfants? comment un eleve peut-il se consentrer en classe sachant qu'il a faim? coment voullez vous que nos prof se sacrifient sil nont pas de contrepartie equivallante? comment voulez vous que nos ecoliers comprennent le cours pendant quils sont ecadr?s sous des pallottes expos? au vent, ? la poussi?re, le froid et j'en passe.avec toujours la bonne raison "on est pauvre" pendant qu'on depensent des millions chaque ann?e pour se faire des voitures; autre affaire, le senat. alors un p de conscience mon cher gouvernement.
    les parent aussi sont d'autre part responsable de cette catastrophe. on inscrit nos enfant ? l'ecole sans les suivre de pr?s sans les motiver les encourager.L'enfant recopie les cours et vient les d?poser ? la maison on ne les force pas ? bosser et on veut qu'ils reussissent. C'est pas un miracle. J'avoue que l chicotte et d'autres formes de correction on permis ? bcp d'?tre l? o?u ils st actuelment et ils ne diront pas le contraire.
    Quant aux enseignant, le metier, c'est un engagement et il doit respect?. les retards, les absence, le cours la pedagogie……….
    Il faut donc une prise de conscience generale.

  6. Selon ma vision de la chose, plusieurs rubriques sont ? la base de la production de ces perles.

    En premier lieu on peut souligner l?inefficacit? et l'absence de soucie des enseignants ? l??ducation et la formation des ?l?ves, ils ne se souci que de leur revenu. de cela on peut remettre en cause l'adoption des termes vulgaires dans la rue par les ?l?ves.

    Il y a aussi la pauvret?, un enfant qui ne peut pas lire son cours ? la maison la nuit par exemple parce qu?il na pas de lampe, mais ces un souci pour sa formation.

    La manque de sensibilisation des parents, ces dernier ne savent pas qu'il faut motiver les enfants et les suivre en leur mani?re dans l??ducation et la formation des leurs.

    il faut donc que des solutions soient trouv?es afin d'?lever les bases de l'enseignement.

  7. Les el?ves ne sont plus concentr? en clas a coz du developpement d? NTIC

  8. Dans cette affaire d’?ducation-enseignement les responsabilit?s sont partag?es d’autan qu’elles sont diverses et ? plusieurs niveaux.1la qualit? des agents de ce secteur sur le plan intellectuel et morale. Vous recrutez des enseignants ? partir de tests psychotechniques et de culture g?n?rale sans enqu?te de moralit? comme ? la gendarmerie qui n’intervient que o? l’?ducation a manqu?. Dans le temps les enseignants ?taient avants tout les meilleurs ?l?ves et ?tudiants . On ne donne que ce qu’on a. Recrut? avec un niveau faible l’enseignant aujourd’hui n’a pas la culture de la performance et de l?efficacit?; ne se forme ni ne s’informe. 2 les conditions de travail laissent ? d?sirer? Infrastructures et mat?riels didactiques sont insuffisants et de moindre qualit?. On construit des ?coles en sable et on d?sir la qualit?.3la d?valorisation du m?tier de l’enseignant et son environnement de plus en plus hostile. Le faible pouvoir d’achat des instituteurs et professeurs fait d’eux des mis?rables et ind?sirables. Les horizon d’une ?cole qui promet un lendemain meilleur s’assombrit de plus en plus faisant des parents des irresponsables.Les reformes inad?quates et autres innovations inadapt?s v?hicul?es par les bailleurs de fond. Bref regardons ? la base.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page