Rapport 2012 du REN-LAC : La douane toujours première et la corruption toujours présente

3229 7

Le rapport 2012 du REN-LAC (Réseau national de lutte anti-corruption) est public depuis ce 12 septembre 2013. Le lancement officiel a eu lieu ce même jour. L’état de la corruption reste toujours préoccupant. La douane, le ministère de l’économie et des finances et les membres du gouvernement occupent les premiers rangs dans l’indice de perception de la corruption.

Le rapport 2012 du REN-LAC est rendu public (Ph : B24)
Le rapport 2012 du REN-LAC est rendu public (Ph : B24)

L’équipe du Dr Claude Wetta a rendu public le rapport 2012 du REN-LAC sur l’état de la corruption au Burkina. Un état qui reste préoccupant et n’a pas évolué par rapport à 2011.

Le REN-LAC a mené son enquête sur 2000 Burkinabè. 87% d’entre eux estiment en effet que « les pratiques de corruption sont fréquentes, voire très fréquentes au Burkina Faso », peut-on lire dans le rapport. 32% d’entre eux pensent d’ailleurs que la corruption a augmenté par rapport à 2011.

Voici les commentaires de certains enquêtés : « le paiement des pots-de-vin est devenu presque obligatoire dans le domaine des marchés publics (…). Les pratiques corruptrices dans les services de l’administration publique sont devenues monnaie courante (…). Aujourd’hui, l’ampleur des pratiques de corruption est telle qu’il est difficile de s’y opposer. » Telle est donc perçue la corruption au Burkina, selon le rapport du  REN-LAC.

Les premiers restent toujours premiers

Le REN-LAC a également fait un classement des services les plus corrompus, selon la perception de ses enquêtés. C’est ainsi que la douane  vient encore en première position, suivie de la Police municipale et de la Justice pour ce qui concerne les administrations publiques. Les services des impôts ont cependant amélioré leur position, indique le rapport.

En ce qui concerne les entités administratives, le ministère de l’économie devance le ministère en charge de la jeunesse et celui des enseignements secondaires. Les membres du gouvernement trônent parmi les agents de l’Etat les plus corrompus, suivis des élus et des cadres.

La pauvreté et l’impunité, les causes principales

Le rapport s’est ensuite appesanti sur les causes de la corruption, selon toujours la perception des enquêtés. La petite corruption active et passive des agents publics serait due au contexte national, notamment aux bas salaires (surtout), à la vie chère, à la pauvreté généralisée et à l’impunité des auteurs de corruption.

Le secrétaire exécutif du REN-LAC, Dr Claude Wetta (à g.), remettant officiellement le rapport 2012 au représentants des partenaires techniques et financiers (Ph : B24)
Le secrétaire exécutif du REN-LAC, Dr Claude Wetta (à g.), remettant officiellement le rapport 2012 au représentants des partenaires techniques et financiers (Ph : B24)

Pour ce qui concerne la corruption des grands commis de l’administration publique (maires, directeurs généraux, membres de l’exécutif et du législatif), les enquêtés estiment qu’elle est causée par la cupidité (45%), le manque d’intégrité ou de conscience professionnelle  (19%), la passion démesurée  du gain facile (14%) et l’impunité (11%).

Le rapport propose également des solutions. Selon les enquêtés, il faudrait, principalement, sanctionner de façon exemplaire les acteurs d’actes de corruption, ensuite améliorer les conditions de vie et de travail des populations, sensibiliser les populations et enfin encenser les bons exemples.

Le REN-LAC a terminé son rapport en formulant des recommandations aux OSC et aux acteurs étatiques et non étatiques. Mais la plus grande part incombe  au gouvernement. « Tant que les plus hautes autorités burkinabè auront une faible aversion contre ce fléau, la corruption aura de beaux jours devant elle », a conclu le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Dr Claude Wetta.

Abdou ZOURE

Pour Burkina 24

There are 7 comments

  1. Tant qu’on ne sanctionnera pas les fautifs ?a va continuer. Le d?lit d’apparence doit faire l’objet d’une loi. Il faut secouer le cocotier pour faire tomber cette pourriture de corruption!!

  2. le ren-lac nous vous encourageons pour vos efforts.
    M. Weta vous l’avez dit.les autorit?s n’ont pas d’aversion.ils ne peuvent en avoir
    puisque leur ultime intention c’est de voler.
    un p?re voleur n’a de valeur ? transmettre ? ses enfants que le vol.

  3. romuald est un h?ros |

    les rapports du ren-lac se suivent et se ressemblent.la douane tient toujours le haut du pav? sur l’?chelle de la corruption.le directeur grl de la douan avait jur? et cri? sur tou l? toit a sa priz de servis kil y ameliorera ce scor macabr.consta dechec.il dw rendr le tablier.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre