Taekwondo : Fayçal Koussoube, aventurier en or aux USA

Immigré aux Etats Unis d’Amérique depuis deux ans, Fayçal Koussoubé a pu conserver sa grande passion qu’est la pratique du Taekwondo. Mieux encore, depuis quelques temps il enchaine les victoires dans des compétitions sur son continent d’accueil. La semaine dernière il a ajouté deux médailles d’or à sa collection, raflées lors de deux compétitions majeures.

La suite après cette publicité

Le weekend dernier a été bien rempli et productif pour l’athlète adepte de Taekwondo, Fayçal Koussoubé, jeune Burkinabè vivant aux Etats Unis d’Amérique (USA). En effet il a participé à deux compétitions différentes, d’où il est sorti vainqueur avec deux médailles d’or.

La première de ces compétitions est la Kukkiwon Cup, une compétition de haut niveau qui a eu lieu le 4 octobre dernier. Le Kukkiwon est le centre mondial de taekwondo, basé en Corée du Sud, et qui organise la coupe dans différents pays dont les USA.

Quant à la deuxième compétition, l’Olympic Style Taekwondo Championship, elle s’est déroulée le dimanche 5 octobre dans le Bronx. Celle-ci met en compétition des athlètes de trois Etats dont le New Jersey, New York et la Pennsylvanie.

En à peine 2 ans, il compte déjà 6 médailles d’or, raflées en 6 compétitions différentes. Cela est un motif de fierté pour son père, de qui il tient cette passion, et qui a été son seul entraîneur jusqu’à son départ du Burkina. Son pays d’origine devrait d’ailleurs s’intéresser à lui de plus près, d’autant plus qu’il se bat tout seul pour se donner les moyens de s’entraîner, participer aux différentes compétitions, étudier et gagner sa vie.

Un parcours de champion

Faycal Koussoubé a commencé le Taekwondo à l’âge de 5 ans, avec son père, maître Moustapha Koussoubé (Ceinture Noire 5e  Dan), et a maintenant le niveau de la Ceinture Noire 3e Dan. Après sa licence professionnelle en marketing communication il est arrivé aux USA où il poursuit ses études et aussi le sport.

Régulièrement inscrit au club Harlem Taekwondo, dirigé par Coulibaly Fall, un maître malien, il a pu s’entraîner pour les Championnats du Monde 2013 qui ont eu lieu au Mexique. Puis la même année il gagne les médailles d’or à l’Olympic Style Taekwondo, à la Coupe du Gouverneur de l’Etat de New York et à la Gold Cup de New York. Ensuite il arrache la médaille d’or aux New York State Championships, une compétition organisée par la Fédération américaine dans le Queens à New York.

Fayçal Koussoubé, médaillé d'or de l'Olympic Style Taekwondo Championships ©F.K.
Fayçal Koussoubé, médaillé d’or de l’Olympic Style Taekwondo Championships ©F.K.

Avant les USA, Fayçal a fait partie de l’équipe nationale burkinabè depuis 2010, avec laquelle il a été le seul médaillé du Burkina à la Coupe du Monde francophone, à Abidjan en 2012. Après il s’est vu décerner le prix AJSB (Association des Journalistes Sportifs du Burkina) du meilleur athlète taekwondo 2012. Et aussi les titres de Champion universitaire, Vice-champion national, Médaillé d’or de l‘Open 2011 de l’Office National des Télécommunications.

Dure dure la vie de sportif burkinabè

Fayçal passe ses journées entre l’école, le travail et les entraînements : « Je m’entraîne au quart de mes capacités à cause de l’école et du boulot qui m’aide à payer mes factures. Je suis issu d’une famille modeste et donc je suis à ma propre charge ici ». Mais il peut se réjouir de ses résultats qui sont des plus encourageants, car il s’en sort malgré l’évolution du niveau qui est plus haut que d’où il vient.

« En allant tenter les championnats du monde pour  la première fois – j’ai été le 3e burkinabè à le faire depuis l’histoire de ce championnat – l’objectif était de se frotter au haut niveau»,  explique Fayçal. Il en est revenu avec encore plus d’envie d’aller de l’avant et de participer au maximum de compétitions internationales, mais se fait rattraper par la réalité : le manque de moyens financiers ne laisse pas l’esprit libre aux entraînements.

De grandes ambitions

Cela dit, le jeune taekwondoïste de 25 ans veut aller le plus loin possible dans son sport. Il projette de participer au Championnat du Monde en 2015 et d’être qualifié aux Jeux Olympiques de 2016 à Rio au Brésil. Avant cela il vise la Coupe du Monde francophone en fin novembre prochain, l’Open du Canada en janvier et l’US Open en février 2015. Mais plus proches encore sont la Gold Cup, qui se tiendra samedi prochain, et la Coupe du Gouverneur de l’Etat de New York, en début novembre.

Pour cela il espère avoir des sponsors, et gagner de nombreux titres l’y aideront surement. Le jeune homme souligne cependant que la fédération burkinabè ne s’intéresse pas beaucoup à ses efforts : « Mon père est mon principal soutien, il m’encourage en dépit de tout. » Selon lui il n’y a que le président de la fédération qui croit en lui et qui a une oreille attentive à ce qu’il fait.

Fayçal est alors tenté de rejoindre le championnat américain et dit être prêt à l’intégrer s’il obtient une proposition. En attendant, il encourage les plus jeunes à persévérer malgré toutes les conditions car ils ont tout le potentiel.

Comme cri du cœur : « J’exhorte le ministère de la Jeunesse et des Sports à avoir un œil plus regardant sur nos fédération.  Et je ne demande qu’une bourse olympique pour ramener au Burkina Faso sa première médaille olympique de l’histoire. »

Stella Nana
Burkina24
publicite


publicite

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page