Député Simboro : « Il faut un renouvellement du personnel politique au Burkina »

publicite

L’élection d’Emmanuel Macron à la présidence française inspire de nombreux Africains. Par comparaison, ils font le rapport entre son âge (39 ans) et celui des différents présidents africains et de la classe politique en général qui est considérée vieillissante. La jeunesse africaine, en particulier burkinabè, peut-elle s’affranchir des « vieux politiques » et s’imposer ? Les conditions sont-elles réunies pour une telle éclosion ? Comment peut-elle s’en départir ? Sont-ce là certaines questions que Burkina 24 a adressées à Daouda Simboro, jeune député au compte de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), parti d’opposition, le mercredi 10 mai 2017. A travers une critique transversale qui touche sa propre formation politique, le parlementaire, dans cette vidéo,  appelle la jeunesse à « vomir » tous ceux qui ont fait fortune sur son dos.

La suite après cette publicité
  • « J’imagine Alpha Condé, il a bientôt 80 ans, deux fois l’âge de Emmanuel Macron, aller se plier aux désidératas de Macron. J’imagine le Président camerounais Paul Biya aller négocier pour être reçu à l’Elysée par le jeune Président Macron (…) Je crois que c’est une interpellation qui est faite à la jeunesse du monde, à la jeunesse africaine, la jeunesse du Burkina».
  • « Il faut qu’on amorce un renouvellement du personnel politique au Burkina. Je reste convaincu que cela est indispensable».
  • « Si on continue ainsi, le Burkina continuera sa déchirure. Parce que, quel que soit le bord que vous prendrez, vous trouverez des gens qui se sont assis à un moment donné, à la même table, autour de la même personne. Quand vous les prenez au MPP, vous les trouvez tous, à 80% ou à 90%, ils étaient assis autour de la même personne qu’est le Président Blaise Compaoré. Quand vous regardez au niveau de l’UPC, notre Président Zéphirin Diabré a été avec Blaise Compaoré, a été avec Roch (Kaboré), Salifou (Diallo) et Simon (Compaoré). Ils se connaissent. Ils savent où il faut poser les peaux de bananes, ils savent dans quelle partie de la chaussure il faut mettre le caillou (…) ! Et nous la jeunesse, nous les suivons. Pour aller où ? ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

publicite


publicite

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Articles similaires

2 commentaires

  1. ANALYSE TRÈS SIMPLISTE. S’IL PENSE CE QU’IL DIT, NOUS VERRONS BIENTÔT SON MOUVEMENT A LUI EN MARCHE. POURQUOI EST-IL A L’UPC AU LIEU DE SON PROPRE MOUVEMENT? VEUT-ILS JOUER A LA WALLS AU SEIN DE L’UPC? L’AVENIR NOUS DIRA!

  2. honorable Simboro, je suis désolé mais je ne suis pas d’accord avec vous par rapport à l’âge. Combien de jeunes au Burkina Faso ont un salaire qui leur permet de tenir jusqu’à la fin du mois? Juste pour dire qu’en Afrique c’est compliqué pour la jeunesse de se lancer dans la politique.
    Lorsque vous parlez de l’âge de MACRON, c’est un leurre, en ce sens qu’il avait des mentors. C’est ce qui manque au Burkina Faso. Donald Trump a quel âge? Donc vous allez dire que c’est une honte pour Donald Trump d’aller saluer MACRON?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page