Cameroun : L’évêque de Bafia a été « brutalement assassiné »

1598 0

Les évêques du Cameroun  ont rendu publique, ce mercredi 2 juin, une déclaration dans laquelle ils se prononcent à propos de la mort de Monseigneur Jean Marie Benoît Bala, retrouvé mort dans le fleuve Sanaga le 2 juin dernier.  Selon eux, leur collègue « a été brutalement assassiné ».

Les évêques camerounais, tout en dénonçant un « crime odieux et insupportable » ont affirmé sans ambiguïté au sortir d’une réunion extraordinaire tenue le mardi 13 juin dernier,  en dénonçant « que Mgr Jean Marie Benoît Bala ne s’est pas suicidé, il a été brutalement assassiné ».

Les prélats camerounais ont dit s’en tenir aux « premiers constats » et appellent à ce que justice soit faite. Le 02 juin dernier, le corps de Mrg Jean Marie Benoît Bala, 58 ans, évêque de Bafia (centre), avait été repêché dans le fleuve Sanaga, un peu plus de 2 jours après que sa disparition ait été signalée.

« Je suis dans l’eau ». Ce mot serait le message qu’aurait laissé, le 31 mai date de sa disparition, l’évêque sur le siège avant de son véhicule, stationné sur un pont du fleuve Sanaga.

Pour les évêques camerounais, ce meurtre est de trop faisant allusion à l’assassinat de personnes issues de leur rang. Il s’agit en l’occurrence de « Mgr Yves Plumey, assassiné à Ngaoundéré (nord) en 1991, l’abbé Joseph Mbassi, retrouvé mort à Yaoundé en 1988, le père Antony Fontegh tué à Kumbo (sud-ouest) en 1990, les sœurs Marie Germaine et Marie Léone, tuées et violées à Djoum en 1992, et le père Engelbert Mveng, tué à Yaoundé en 1995 », comme le rappelle Jeune Afrique.

Le parquet camerounais a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire pour « mort suspecte ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                                                     Burkina24

Source: Jeune Afrique

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre