Kounkounfouanou : Les forces de l’ordre « sont venues en cargo »

L’Organisation démocratique de la jeunesse du Burkina Faso (ODJ), section du Gourma a informé ce 7 juillet 2017 que les habitants de Kounkounfouanou, localité située dans la région de l’Est, ont reçu la visite des forces de l’ordre qui les ont sommés de déguerpir des lieux.

La suite après cette publicité

La visite des forces de l’ordre aux habitants de Kounkoufouanou n’a pas été de courtoisie, en écoutant le président de l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ) Blaise Tindano, et le porte-parole des habitants de Kounkounfouanou Moussa Diagbouga, lors d’une conférence de presse ce 7 juillet 2017  à Ouagadougou.

 « Des forces de l’ordre sont venues sommer les habitants de Kounkounfouanou de la part des autorités du pays. Quand ils sont venus le 20 juin, ils sont venus à moto et le 5 juillet 2017, ils sont venus en cargo et ils passaient de concession en concession pour leur dire de déguerpir parce que c’est le dernier avertissement et cette fois,  cette action sera plus virulente que celle passée », a affirmé Blaise Tindano. Avant de se demander si « un second drame s’abattra encore sur Kounkounfouanou».

Les habitants de la localité ont été sommés en 2015 de déguerpir. Mais ils sont revenus sur les lieux, parce qu’ils n’avaient pas de site d’accueil. « On n’a pas refusé de déguerpir mais il nous faut un site d’accueil. C’est cela qui pose problème », se justifie Moussa Diagbouga.

Lire aussi 👉Kounkounfouanou ou les oubliés de la guerre des terres 

Le président de l’ODJ a expliqué que la raison du déguerpissement avancée par les autorités est la zone pastorale. Mais pour les habitants du Kounkoufouanou, il y a autre chose que la zone pastorale. C’est « depuis que l’or a été découvert dans cette localité leurs problèmes» ont commencé,  souligne Moussa Diagbouga.

 « On veut comprendre pourquoi cet acharnement. On a vu ailleurs pour d’autres questions de mine on a trouvé des sites d’accueil pour les habitants. Mais à Kounkounfouanou, ce n’est pas le cas. Pourquoi cela ?  Et l’autorité n’est pas à mesure de dire pourquoi et de prêter une oreille ». Autant de questions qui méritent des réponses de la part des autorités, ont évoqué Blaise Tindano et Moussa Diagbouga.

Revoir aussi

Burkina24

Pour rappel, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, interpellé sur le sujet, avait affirmé qu’il allait suivre le dossier.  « C’est une question que nous allons examiner. Je vais immédiatement demander un rapport au ministre en charge des mines et au ministre en charge de l’Administration territoriale pour faire le point sur cette affaire qui me semble être sérieuse », avait-il dit le 19 juin 2017.

Irmine KINDA

Burkina24                                                                                                                                               

publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page