Droits des personnes handicapées : Le Burkina se hâte de faire ses devoirs

1167 0

Une session extraordinaire se tient ce jeudi 12 octobre 2017 à Ouagadougou en vue de l’amendement et la validation du rapport initial du Burkina Faso sur la mise en œuvre de la Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). La ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, présidente  du conseil national multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handicapées (COMUD/Handicap) a présidé ladite cérémonie.

Le Burkina Faso a ratifié la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées le 23 juillet 2009. Conformément aux dispositions de l’article 35 de ladite convention, « chaque Etat partie présente au comité, par l’entremise du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies, un rapport détaillé sur les mesures qu’il a prises pour s’acquitter de ses obligations en vertu de la présente convention et sur les progrès accomplis à cet égard, dans un délai de deux ans à compter de l’entrée en vigueur de la présente convention pour l’Etat partie intéressé ».

La ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille, Laure Zongo/Hien, a signifié que le Burkina Faso a accusé un retard dans l’élaboration de son rapport  à cause d’une part, de la mise en place tardive du dispositif chargé du suivi de l’application de la convention et d’autre part, des crises socio-politiques qui se sont succédées. « C’est en vue de rattraper ce retard et de permettre à notre pays de répondre de ses engagements y relatifs vis-à-vis de la communauté internationale que je lançais le 29 novembre 2016, le processus d’élaboration du rapport initial sur la mise en œuvre de la CDPH », explique-t-elle.

Avant sa soumission aux instances gouvernementales pour adoption, le processus commande qu’il soit soumis aux membres du Conseil national multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handicapées pour examen et adoption d’où la tenue des travaux  ce jour.

Pour la ministre, la personne handicapée doit être désormais perçue non comme une charge mais comme une actrice de développement. Et d’ajouter que ce rapport permet de donner la vison du Burkina Faso en matière de promotion et de protection du handicap. Cela donne aussi une photographie de tout ce que le Burkina Faso, depuis la ratification de la convention, a pris comme actions et quelles ont été les faiblesses, qu’est ce qui doit être renforcé.

Laure Zongo a indiqué qu’au sortir des travaux de cette session, les amendements seront soumis au comité interministériel des droits de l’homme et du droit international humanitaire pour examen. Ensuite le document sera soumis en conseil des Ministres pour adoption. La dernière étape sera sa transmission au comité des droits des personnes handicapées de l’ONU par voie diplomatique.

Irmine KINDA

Bukina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rédaction B24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles du même genre