Déficit céréalier au Burkina : Le gouvernement prévoit 95.000 tonnes de vivres pour y faire face

1557 0

Le ministre de l’agriculture Jacob Ouédraogo, et celui en charge du commerce Harouna Kaboré, ont procédé le lundi 12 février 2018 à Ouagadougou, au lancement de l’approvisionnement des points de vente de céréales aux personnes vulnérables. Ce sont les points de vente de Kamboinsin et de Yam- Tenga, tous à Ouagadougou qui ont servi de cadre. 

Le Burkina Faso a connu, pour la période agricole 2016-2017, un déficit céréalier de 72 677 tonnes. Pour résorber le problème lié à ce déficit, une opération d’approvisionnement des boutiques gérées par la Société nationale de gestion du stock de sécurité alimentaire (SONAGES) a été lancée le lundi 12 février 2018.

Au cours de l’année 2018, ce sont 138 boutiques témoins qui seront approvisionnées en raison de 30 tonnes de céréales par boutique et par mois. Mais ce tonnage passera à 40 pour la période de soudure, a indiqué le ministre de l’agriculture, Jacob Ouédraogo. Pour celui-ci, le gouvernement a « mis en place un système pour permettre qu’il y ait un approvisionnement régulier. Tous les mois, les boutiques seront approvisionnées ».

Ces céréales qui seront vendues à prix social sont exclusivement réservées aux personnes dites vulnérables et au total, ce sont 95.000 tonnes de vivres qui sont attendus pour approvisionner les boutiques témoins au cours de l’année 2018. Par conséquent, Aimé Roger Kaboret, Directeur général de la SONAGES demande aux maires d’organiser une veille citoyenne pour que les personnes vulnérables soient les vrais bénéficiaires des vivres qui seront vendus.

Mais de la définition de la personne vulnérable, Aimé Roger Kaboret indique qu’il y a une difficulté à la définir. « Il y a, dit-il, un travail qui est en train d’être fait et qui va permettre d’avoir un fichier des personnes vulnérables par commune. Ce travail n’est pas encore achevé. Il n’y a que cinq (5) communes qui disposent de leur liste de personnes vulnérables ». Selon le directeur, la SONAGES attend impatiemment ces listes pour pouvoir gérer conséquemment les boutiques témoins.

Les prix affichés pour la vente des différents vivres sont :

  • Riz local de 25 kg à 7.500f CFA
  • Riz local de 50 kg à 15.000f CFA,
  • Maïs, sorgho et mil de 50 kg à 6.000f CFA
  • Maïs de 90 kg à 11 000 f CFA
  • Sorgho et mil de 100kg à 12.000f CFA

Les boutiques seront ouvertes pour la vente après approvisionnement. Les vivres seront disponibles alors « dans une semaine » selon Aimé Roger Kaboret.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article du même genre