Université Ouaga II : L’UFR/SEG célèbre 40 ans d’existence

1284 0

L’Unité de recherche en sciences économiques et de gestion (SEG) de l’Université Ouaga II commémore ses 40 ans d’existence sous le thème : « UFR SEG : Passé, Présent et Avenir ».

Après quarante années de participation continue à la formation des cadres de haut niveau en économie et gestion, l’UFR SEG veut faire une halte pour commémorer le travail abattu. Des activités se tiendront donc les 15, 16 et 17 mars 2018.

L’objectif principal de cet évènement est de faire un bilan de la contribution de ce département de l’université de Ouagadougou, au développement national. Pour le Directeur de l’UFR SEG, Sirpe Gnanderman, « l’adéquation entre formation et marché de l’emploi au Burkina Faso, est devenue un défi majeur de développement économique et social ».

Les organisateurs veulent saisir cette opportunité pour mener une réflexion sur l’avenir de la formation et de la recherche dans le domaine des sciences économiques et de la gestion dans un contexte fortement concurrentiel.

Le budget des activités s’élève à environ à 58 millions de francs CFA, majoritairement pourvu par les anciennes promotions, les universités paires et des hauts cadres du pays qui ont été formés dans cette faculté de l’université de Ouagadougou.

Les 72 heures de commémoration s’articuleront, entre autres, autour d’activités telles que conférences publiques, panels-débat, une cérémonie d’hommage et de distinction.

En rappel, la première promotion des étudiants a été accueillie en année académique 1976-1977 sous l’appellation d’ESSEC (Ecole supérieure des Sciences Economiques). En 2000, suite à la crise profonde qui a conduit à l’invalidation de l’année académique, l’appellation UFR/SEG (Unité de Formation en Sciences Economiques et de Gestion) est adoptée.

Esther Lawali KY (Stagiaire)

Burkina24

Il y a 1 commentaire

  1. Ce qui nous préoccupe beaucoup au niveau de de cette UFR, ce sont les inconvénients du système LMD sur nos enfants qui, après trois ou quatre ans passés là-bas, ne peuvent même pas présenter un DEUG à qui que ce soit. Où voulez-vous donc qu’on aille avec çà? Et quelle sujet voulez-vous qu’on prenne vraiment en importance, autre que celui-là, qui demeure le plus prioritaire?

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article du même genre