Lutte contre le terrorisme : Flintlock 2018 en position de tir

7503 0

Flintlock est un exercice militaire multilatéral annuel coordonné et exécuté par les forces spéciales africaines, américaines et européennes dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. L’édition 2018 de ces manœuvres, organisées et dirigées par le  commandement militaire américain pour l’Afrique, se déroule dans trois pays, le Niger, le Burkina et le Sénégal, et regroupe 1 500 membres des forces spéciales.

Initié en 2005 par le commandement des Etats-Unis pour l’Afrique, Flintlock demeure le plus grand exercice militaire multinational d’opérations spéciales et d’entrainement entre Etats africains et les partenaires occidentaux.

Cet exercice vise à renforcer les capacités des pays participants à lutter contre les organisations extrémistes violentes, à protéger les frontières, à assurer la sécurité et la sûreté des populations. Par ailleurs, Flintlock vise à traiter plus efficacement les questions et les préoccupations régionales qui menacent la paix, la stabilité et la sécurité.

Les types de formations qui seront dispensées à Flintlock

Au total 15 000 membres des forces armées de plus de 20 pays africains et leurs partenaires occidentaux mèneront des exercices tactiques de petites unités incluant des parcours de tirs, des mouvements à pied ou motorisés, des opérations aéroportées, des épreuves de reconnaissance, des combats rapprochés et d’autres manœuvres tout aussi utiles à leurs missions très spéciales.

Ainsi, du 9 au 25 avril 2018 à  Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, les soldats d’élite seront mis à l’épreuve lors de ce Flintlock. Ce lundi 16 avril 2018, des séances de démonstrations et un point de presse ont été tenus au camp Bila-Zagré à Kamboinsin. Il s’agit d’une démonstration à la réaction d’une embuscade et des tirs de précisions.

Flintlock est une occasion de réaliser des activités civiles et militaires au profit des populations

Oumarou Sadou, le Chef d’Etat-major général des armées (CEMGA), a expliqué qu’au-delà des activités purement militaires, Flintlock est une occasion de réaliser des activités civiles et militaires au profit des populations. « On ne pourra jamais vaincre cette menace sans la participation des populations. La menace est commune. Peut-être elle passera par le maillon le plus faible ? Et si, on renforce ce maillon, je pense que nous allons vaincre ensemble », a –t-il fait savoir.

Pour 2018, l’Etat-major central du Flintlock se trouve à Agadez au Niger et un centre secondaire est à Ouagadougou. L’ambassadeur des USA, Andrew Young, a laissé entendre que cet exercice vise à détecter,  déceler les menaces et la capacité de répondre face aux menaces terroristes. Un programme qui colle assez bien avec celui du G5 Sahel. Andrew Young a également précisé que les USA soutiennent la mise en place du G5 Sahel. 

En rappel, les pays africains participants comprennent l’Algérie, le Burkina Faso, le Mali, le Maroc, la Mauritanie, le Cameroun, le Niger, le Nigeria, le Sénégal, le Tchad et la Tunisie. Quant aux partenaires occidentaux, il s’agit de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Belgique, du Canada, du Danemark, de l’Espagne, des USA, de l’Italie, de la Norvège, des Pays-Bas, de la Pologne  et du Royaume-Uni.

Jules César KABORE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre