Burkina : La diaspora est à Ouaga

564 0

Plus de dix millions de Burkinabè vivent à l’extérieur, selon les estimations des représentations diplomatiques et postes consulaires burkinabè dans le monde. Comment les impliquer  au développement socio-économique de leur patrie ? C’est la réponse à cette question qui a motivé l’organisation du forum national consacré à la diaspora qui se tient du 11 au 13 juillet 2018 à Ouagadougou. Des représentants des Burkinabè des quatre coins du monde prennent part à cette rencontre d’échange et de dialogue avec le gouvernement, la société civile et les opérateurs économiques.

« La contribution des Burkinabè de l’extérieur  à la construction nationale », tel est le thème retenu pour ce premier forum. Cette forte diaspora est une source potentielle d’investissement économique, en témoignent les statistiques fournies par la BCEAO :  près de 93 milliards de F CFA ont transférés au Burkina en 2013.

 L’habitat,  les infrastructures hôtelières et touristiques, la santé, la culture, le sport sont entre autres domaines  d’investissement. 71%  des transferts sont destinés, selon toujours les statistiques de la BCEAO en 2013, aux investissements  immobiliers.

Du reste, l’Etat burkinabè a toujours montré son intérêt pour sa diaspora, d’où ce forum voulu par le président du Faso. Il devrait permettre de trouver la meilleure solution pour booster le développement socio-économique du Burkina.

Au cours de ces 72 heures, plusieurs thèmes seront en lien avec les opportunités d’investissement au Burkina, la mobilisation et facilitation des transferts des fonds, la valorisation de l’expertise et bien-sûr leur participation aux élections prochaines. Le PNDES (Plan national de développement économique et social) ne sera pas en reste. Son contenu sera présenté à la diaspora afin qu’elle  soit informée des grands chantiers  en cours.

Cherté des investissements et vote

En rappel, plutôt dans la matinée, le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba, a procédé à la pose de la première pierre de la cité de la diaspora à Koubri.

Pour le représentant de la diaspora, Etienne Ouoba, délégué du Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) du Niger),  le gouvernement aura joué sa part, à la diaspora de jouer la sienne.

L’initiative est saluée par tous. Néanmoins, une inquiétude est soulevée par nombre de participants. La cherté des investissements.

« Le coût qu’ils ont donné pour acquérir une villa ici est vraiment cher. En Côte d’Ivoire à ce coût, on a une grosse villa, voire deux villas», dit Sayouba Lompo, délégué CSBE Côte d’Ivoire. « Toutes ces questions devront être débattues à la rencontre pour trouver des solutions », ajoute-t-il.

Quant à aux élections, ils se disent prêts pour le  vote à l’étranger. D’ailleurs, « un vote test a été simulé sur toute l’étendue du territoire ivoirien,  apprend Sayouba Lompo, et a prouvé que tout va bien se passer au moment venu ».

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre