Nouvelles attaques au Burkina : Mais qui sont ces « gens » ?

3836 3

Sahel. Est. Sud-Ouest. Des coups de feu nourris. Des mines anti-personnelles. Près d’une vingtaine de morts en l’espace d’un mois. Où frapperont-ils prochainement ? Sont-ce toujours des terroristes dans le style « djihadisme » ?

Le Burkina Faso fait-il toujours face à la même menace qui a terrorisé Ouagadougou de 2016 à 2018 et malmené le grand Sahel, faisant fuir ses enseignants, bouleversant  son programme scolaire et semant le deuil dans les rangs des forces armées et des civils ? La question mérite d’être posée, au regard du silence qui couvre dramatiquement les auteurs de ces attaques.

Les harcèlements dans le Sahel avaient un nom. C’était un regroupement islamiste, qui, depuis lors, ne se fait plus entendre. Sauf les bruits des mines anti-personnelles qui explosent et les armes qui crépitent contre les positions des forces armées. 

Les Burkinabè ont pu observer que ces harcèlements se sont déplacés au Sud-Ouest (un poste de douane et un poste frontalier de police attaqués) et à l’Est. Sont-ce toujours les mêmes « éléments » qui opèrent ou le Burkina a-t-il d’autres ennemis ? 

Quoi qu’il en soit, les regards sont tournés vers le ministère de la Défense, l’Agence nationale de renseignements et plus loin, le Chef de l’Etat lui-même. Cela doit être actuellement fastidieux de prendre tout le temps son téléphone pour présenter ses condoléances via les réseaux sociaux. A chaque enterrement, on n’imagine pas non plus quelle difficulté les autorités ont désormais pour se présenter au cimetière municipal de Gounghin, où on n’ose même plus dénombrer les fils et filles de notre chère armée qui y reposent.

Pour que les murmures ne deviennent pas des grondements, celui qui a pris l’engagement en décembre 2015 d’assurer la sécurité des Burkinabè,  est scruté.

La Rédaction

There are 3 comments

  1. Il faut proprement juger l affaire du coup d etat et désillusionner ces gars qui pensent pouvoir venger leur frères d arme inculpés. Vous remarquerez que plus le jugement monte dans la hierarchie plus grande est la périodicité et la teneur des attaques.

  2. Il ne faut pas ce tromper. Ceux qui attaquent actuellement sont des mercenaires à la solde de l’ancien régime. Les djihadistes se cherchent en ces moments là.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article du même genre