Education : Le comité de pilotage du PRIQUE réfléchit à Ouaga

489 0

Les membres du comité de pilotage du Programme régional interinstitutionnel pour la qualité de l’éducation (PRIQUE) tiennent leur troisième session à Ouagadougou. Il sera question de réfléchir sur les orientations stratégiques du PRIQUE afin de répondre au mieux aux besoins des pays membres du programme. Un bilan sera dressé.

« Améliorer la qualité de l’éducation de base en Afrique de l’Ouest  par la formation de cadres  des ministères des différents pays membres et des ONG en alphabétisation et en éducation non formelle », telle est l’ambition du PRIQUE qui regroupe le Bénin, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso, cinq pays membres du programme.

Un programme a été mis en œuvre en 2015 pour doter les étudiants en licence d’une formation en  master professionnel ingénierie, en conception et gestion des alternatives éducatives à travers une formation continue à l’Institut de formation en éducation et alphabétisation au Niger.  Après avoir initié des rencontres au Niger et au Tchad, c’est au tour du Burkina Faso d’abriter la troisième session du comité de pilotage qui va se tenir du 10 au 11 octobre 2018.

Les pays membres du PRIQUE y envoient leurs cadres pour bénéficier de cette formation. Les membres du PRIQUE entendent répondre aux besoins de leurs pays en matière d’éducation. « Ce programme a pour objet d’aider nos différents pays à améliorer la qualité de l’éducation dans la sous-région, à travers la coopération suisse qui appuie ce programme sur le plan financier et technique », indique le Pr Madougou Seydou, Directeur de l’Ecole supérieure de l’Université Abdou Moumouni au Niger, pays qui a été retenu pour les formations des étudiants et cadres. Il ajoute que la formation dure deux ans et qu’à la fin, un master professionnel en ingénierie et conception des alternatives éducatives est délivré aux étudiants.

A en croire les membres du comité de pilotage du PRIQUE, le programme est satisfaisant puisque «aujourd’hui, il y a 23 cadres apprenants ressortissants de différents pays de la sous-région avec des résultats satisfaisants (…). Depuis juillet 2018, soixante (60) apprenants dont neuf (9) femmes ont commencé », a commenté la directrice Elisabeth Pitteloud Alansar, directrice de coopération, chargée des affaires consulaires.

Pour le chargé de mission du MENA (Ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation), Mahama Bonkoungou, représentant le ministre de l’éducation Stanislas Ouaro, les deux composantes du PRIQUE que sont le master professionnel et la formation continue ont créé des compétences qui répondent aux exigences des pays. « Ce modèle de gouvernance éducative, le PRIQUE a gagné la notoriété (…)», dit-il. Il a exhorté à la valorisation du partenariat et félicite les travaux abattus par les membres du PRIQUE.

Irmine KINDA

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre