JCC 2018 : La moisson aux prix parallèles

487 0

Débutées le 3 novembre 2018, les 29e Journées cinématographiques de Carthage tirent inexorablement vers leur fin. Plus que quelques heures et place sera faite à la célébration des meilleurs films. Mais bien avant, certains peuvent déjà jubiler. Les prix parallèles sont connus.

Près d’une vingtaine de pays africains et arabes présentent des films en compétition officielle. Plus de 40 films longs métrages et courts fiction et documentaires.

Mais ce sont au total 200 films, toutes sections confondues, qui sont donnés à voir aux cinéphiles tunisiens, notamment, outre les compétitions officielles, d’autres sections telles les séances spéciales, regard sur le cinéma tunisien, Carthage ciné-promesse, cinéma du monde, cinéma d’Amérique Latine et les films des focus sur les pays invités d’honneur, le Sénégal, l’Iraq, l’Inde.

Le festival, c’est aussi des récompenses et des prix des partenaires ou prix parallèles. Ils ont été décernés ce vendredi 9 novembre 2018 aux réalisateurs.

La part belle a été aussi faite aux jeunes réalisateurs de courts métrages avec la section ciné-promesse avec trois prix décernés aux films d’étudiants.

Pour Nejib Ayed, directeur du festival, cette section  « est le gage que nous nous sommes engagés résolument dans la bonne voie ». Ces prix décernés par TV5 Monde sont en numéraire ainsi que d’opportunitéde la visibilité pour les jeunes sur un ensemble de chaînes de télévision.

Le 1er Prix Carthage Ciné-Promesse 2018, section parallèle dédiée aux films d’écoles, décerné par TV5 Monde, a été attribué à deux films courts « Agonie» de Ghassen JERIBI, ISAMM (Tunisie) et « That Lovely life » » de Rami ALOUI (Algérie), ESAV Marrakech (Maroc).

Le 2ème prix Carthage Ciné-Promesse 2018, section parallèle dédiée aux films d’écoles, décerné par l’Université de Carthage, a été attribué à MISFIT de Karanja NG’ENDO, étudiant indépendant (Kenya). Le 3ème prix Carthage Ciné-Promesse 2018, décerné par l’ESAC, a été attribué à « Les enfants Dar Bouidar » de Isabelle Christiane KOURAOGO (Burkina Faso), ESAV Marrakech (Maroc).

Une mention spéciale du Jury a été faite à « Hind’s Case » de Dina Naji (Arabie Saoudite), New York Film Academy (Etats-Unis).

Pour la 3e année consécutive, la Fédération Africaine des Critiques de Cinéma offre un prix. Et la qualité artistique, la bonne direction du jeu d’acteur, la maîtrise du sujet, le choix esthétique de la réalisatrice, du film marocain « Sofia », selon Oumou Régina Sambou, la présidente du jury, ont charmé le jury.

D’autres prix parallèles, le prix FIPRESCI (La Fédération Internationale de Critique de Film) a été attribué à « Le voyage inachévé » de Joud SAID, (Syrie).

Le prix de l’Union Générale Des Travailleurs Tunisiens a été attribué à Anis Saadi, monteur de « SUBUTEX » (Tunisie).

Revelyn SOME

Burkina24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre