Ghana : Le Président ghanéen produit son premier budget national sans l’apport du FMI

1031 0

Le Président ghanéen, Nana Akufo-Addo, est en train de tenir sa promesse de départir son pays de sa dépendance vis-à-vis de l’aide des bailleurs de fonds étrangers, à commencer par le Fonds Monétaire International, FMI. L’argentier du gouvernement ghanéen, Ken Offori-Atta, vient alors de soumettre au parlement son premier budget hors programme avec cette institution financière.

Le Président Nana Akufo-Addo, en s’engageant à rompre la tradition commune à plusieurs Etats africains, celle de solliciter l’assistance du programme du Fonds Monétaire International, FMI, dans l’élaboration de leurs budgets, a par ricochet fait naître de nombreuses inquiétudes au regard des effets pervers d’une telle décision.

Son ministre  des finances Ken Offori-Atta, devant les députés ghanéens a tenté de les rassurer, indiquant que le gouvernement en ne reconduisant pas l’accord avec le FMI, travaillera à maintenir la discipline budgétaire en insufflant une nouvelle dynamique à l’économie nationale, afin de booster la croissance. Ken Offori-Atta a, à cet effet, annoncé une intensification des investissements dans les infrastructures « sans compromettre la viabilité de la dette ».

Rappelons que le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, en mars 2018 dernier avait indiqué une croissance de 8,3% pour son pays en 2018, en hausse par rapport au chiffre de 6,8% de prévision budgétaire. Toutefois, le projet de loi des finances défendu au parlement inscrit une croissance globale du PIB réel de 5,8% à la fin septembre 2018.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU                                                                                                               

Burkina24                                                                                                                                                                     

Source : Agence Ecofin                                                                                                  

Il y a 1 commentaire

  1. Maiga Abdou Soumaguel |

    Merci au Ghana et son président.
    On n a pas besoin de révolution pour bien faire.
    Il est une fierté pour les enfants africains.
    Tout pays, fut il petit ou pauvre, bien que pour moi, les notions de petits pays et pauvres ne soient pas compatibles avec un état, doit compter sur soi.
    Peut-être que Rollings a mis le Ghana sur la voie de la démocratie, l actuel président sur le chemin du développement.
    Merci au Ghana.

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Article du même genre