Affaire Dabo Boukary : 31 ans après, les mouvements estudiantins réclament toujours justice et vérité

L’Union Générale des Étudiants du Burkina (UGEB) ainsi que l’Association Nationale des Étudiants du Burkina (ANEB) ont organisé un meeting au terrain Dabo Boukary ce mardi 19 mai 2021 à Ouagadougou. La rencontre s’est tenue dans le cadre de la commémoration du 31e anniversaire de l’assassinat de l’étudiant Dabo Boukary en 1990.

La suite après cette publicité

Cela fait maintenant 31 ans jour pour jour que l’étudiant Dabo Boukary est assassiné alors qu’il était en 7e année de médecine. Les  syndicats réclament justice et réconciliation afin d’élucider les circonstances du décès. Pour cela, le 19 mai est devenu un jour mémorable pour les étudiants et chaque année à la même période, des activités sont organisées pour rappeler cette date aux autorités.

Selon le président de l’Union Nationale des Étudiants du Burkinabè (UGEB) Abass Wanga, « la commémoration de ce  31e anniversaire présente trois objectifs majeurs. Le premier objectif c’est de rendre hommage à notre camarade, le second c’est le souvenir de son sacrifice et le dernier c’est pour montrer aux autorités qui travaillent à faire barrage à l’avancée du dossier que nous ne sommes pas prêts pour oublier ».

Pour la présente commémoration, des acquis ont été engrangés quant à l’avancée du dossier. Selon Abass Wanga, « il y a une avancée mais elle n’est pas telle que nous le souhaitons. A l’étape actuelle, la justice a travaillé à rouvrir le dossier et faire en sorte à identifier une présumée tombe aux encablures de Pô. Au-delà de cela, il y a l’inculpation de trois acteurs clés dans le dossier notamment le général Gilbert Diendiéré, le lieutenant-colonel Mamadou Bamba qui était l’indic du Front Populaire et le sergent Magloire Yougbaré ».

En plus du meeting, une conférence publique a été organisée autour du thème ‘’l’enseignement supérieur burkinabè et ses multiples réformes : cas du système LMD, du nouveau régime des études et du BAC OCECOS : enjeux et perspectives’’. La conférence a été animée par Issa Sory, enseignant chercheur à l’université Joseph Ki-Zerbo. Ces activités sont organisées également en dehors de Ouagadougou dans les villes comme Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya, Fada…

En ce qui concerne la manifestation des élèves contre les reformes entreprises, l’UGEB dit partager la cause de ces élèves. Selon les termes de son premier responsable, « nous voulons réaffirmer notre soutien à l’endroit des élèves parce que c’est une cause juste qu’ils défendent ». En rappel, Dabo Boukary a été enlevé et torturé à mort par les militaires du conseil de l’entente dans le cadre d’une course poursuite contre les militants de l’ANEB.

Sanata Gansagné (stagiaire)

Burkina 24

publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page