Burkina Faso : 86 peintres à l’école de la peinture bâtiment

Offrir une formation de qualité aux peintres bâtiments, c’est l’objectif visé par Moumouni Sakandé. Et pour ce faire, il a initié une session de formation ce lundi 27 septembre 2021 l’endroit de plus de 86 peintres. La présente session de formation se tient du 27 septembre au 1er octobre 2021 à Ouagadougou.  

La suite après cette publicité

« C’est une bonne initiative et ça va permettre aux jeunes de se former », a déclaré une participante d’entrée de jeu. Au-delà de cet aspect, le promoteur de cette formation, Moumouni Sakandé veut offrir plus de connaissances aux jeunes peintres. Et ce, afin de mettre sur le marché une main d’œuvre de qualité pour le bien-être des millions de Burkinabè. « La formation va consister à initier et perfectionner dans le domaine des peintures bâtiments », a-t-il dit. 

Pour lui, il est primordial de valoriser le métier de peintre, car dit-il, « il faut prouver à quel point ce métier est important ». Selon ses propos, le savoir-faire des Burkinabè n’est pas suffisamment valoriser et même des fois délaissé au profit de celui venu d’ailleurs. C’est donc pour casser cette barrière que Moumouni Sakandé a décidé de partager son expérience afin que « le niveau du travail soit plus élevé ».

« Dans les années passées, la peinture n’était ni valorisée ni considérée. Plusieurs personnes se disaient que le métier de peintre est celui le plus facile au monde et que cela ne nécessitait pas une formation professionnelle pour être peintre en bâtiment (…) Et pourtant, c’est l’un des métiers les plus nobles dans le domaine du bâtiment. Peu importe le coût d’un bâtiment ou la dimension de son art architectural, s’il n’a pas été peint, on dira de ce bâtiment qu’il est inachevé. C’est la peinture qui donne le luxe à un bâtiment. C’est la peinture qui révèle la beauté et l’art d’un édifice »

Moumouni Sakandé

Le  thème de la présente session  de formation est : « la peinture : un métier qui rassure ».  Du coté des partenaires, l’on salue tous l’initiative. Pour eux, il était temps de mettre le métier de peintre sous les projecteurs. Pour le directeur commercial de Hage Matériaux, Waël Baalbaki, le groupe Hage a décidé d’accompagner la présente formation pour remplir sa part de responsabilité sociale.

« Aujourd’hui, c’est une priorité pour Hage d’accompagner les nouvelles entreprises. Aujourd’hui, nous n’avons pas seulement un devoir financier. Nous avons aussi un devoir social. Le Burkina n’est pas seulement une vache à lait. On doit également rendre au Burkina ce qu’il a donné au groupe Hage depuis 53 ans », a souligné Waël Baalbaki. 

A l’issue de la formation, Moumouni Sakandé entend mener des suivis pour juger le niveau des apprenants. « Nous allons suivre chaque bénéficiaire et voir comment son travail évolue », a-t-il laissé entendre.  

En guise d’information, il faut retenir que la présente session est ouverte à tous les participants, selon le promoteur. Une autre session sera aussi organisée à l’endroit des enfants. Le but, selon Moumouni Sakandé, est d’inculquer le plaisir de la peinture aux amateurs, aux jeunes, aux enfants et aux professionnels.

Basile SAMA

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page