Assises régionales sur l’éducation : Concertations à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso

Les gouverneurs des régions du Centre et des Hauts-bassins ont donné le top départ des assises régionales sur l’éducation nationale dans les chefs-lieux de leurs régions respectives, à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso ce mardi 13 octobre 2021.

La suite après cette publicité

Comme prévu, les forces vives des régions du Centre et des Hauts-Bassins ont pris part aux travaux des assises régionales sur l’éducation du 13 au 15 octobre 2021. Dans les deux régions, les participants ont passé  en revue les maux  qui minent le système éducatif burkinabè. L’objectif principal de ces assises, faut-il le rappeler est de  permettre aux participants de proposer des solutions qui seront traduits dans un document final qui sera l’objet  des concertations nationales.

Parmi les participants, on compte les enseignants, les partenaires techniques et financiers, les éducateurs et les techniciens du ministère de l’éducation national. Au niveau de la région du Centre, les discussions ont réunis les  différents partenaires en vue de réfléchir sur le contenu futur des curricula et de faire des propositions sur la manière de traduire l’éducation sur les « idéaux patriotiques du pays ».

« Au regard de l’évolution des termes d’enseignement dans le monde d’aujourd’hui, il convient d’examiner notre système éducatif qui n’est plus adapté et de faire des propositions pour le bien de nos enfants », a confié Sibiri de Issa Ouédraogo, gouverneur de la région du Centre. Il a rappelé que  » les tensions constatées dans le milieu éducatif ces derniers temps méritent des réflexions approfondies et des propositions concrètes ».

Pour la région des Hauts-Bassins, l’accent a été mis sur les maux qui minent l’enseignement. « De nos jours, il est admis que notre système éducatif est en crise. Oui, une crise de pertinence et une crise de performance malgré les différentes réformes qu’il a connues depuis notre accession à l’indépendance. La crise est devenue structurelle et les symptômes les plus perceptibles sont entre autres l’inadéquation entre les offres de formation et les besoins du monde de l’emploi et la difficulté pour l’Etat de mobiliser des ressources conséquentes pour investir dans l’éducation », Antoine Atiou, gouverneur de la région des Hauts-Bassins.

72 heures durant, les acteurs de l’éducation ont passé au peigne fin les problèmes que connait leur secteur  au niveau de la région des Hauts-Bassins. Lesquels seront assortis de recommandations qui seront soumises aux travaux des assises nationales.

« Cette concertation régionale sur l’éducation présente des avantages car elle va permettre de tenir compte des spécificités locales dans des prises de décisions adéquates », a indiqué le gouverneur qui, du reste, a invité les acteurs à une réflexion sans complaisance.

Les deux responsables des deux régions ont affirmé que ces assises  constituent un cadre de concertation et une opportunité pour résoudre les problèmes qui touchent le système éducatif.

Aminata Catherine SANOU (Stagiaire)
Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page