FESPACO : La 18e édition du FITMO se tient du 25 au 30 octobre 2021

La 18e édition du Festival international de théâtre et des marionnettes de Ouagadougou (FITMO) se tiendra du 25 au 30 octobre 2021, à l’espace Gambidi, à Ouagadougou. Une centaine de groupes participeront. Elle est placée sous le thème de l’art et des violences pour coller au contexte. Un hommage au fondateur Jean-Pierre Guingané, 10 ans après sa disparition. Les promoteurs étaient face à la presse ce mercredi 20 octobre 2021, pour décliner les activités au programme. 

La suite après cette publicité

18e édition, un palmarès « éloquent », « une exception »,  une continuité après le décès de son fondateur grâce à l’abnégation, la fidélité des partenaires et de l’équipe et des artistes africains.

« Le professeur, en partant, nous a laissé une tâche lourde et  joyeuse. Avant sa mort, nous partagions une vision… Il y a une pratique qui lui ressemble qui est encore là, il a toujours fait en sorte de créer une équipe soudée », a laissé entendre Lucas Fusi, l’un des organisateurs.

Des difficultés certes mais qui sont balayées par l’élargissement de la base participative. « Nous arrivons à contourner les difficultés grâce aux Hommes qui y contribuent chaque année », dira Claude Guingané, également membre du comité d’organisation. La première richesse du Fitmo, pour lui, ce sont toutes ces âmes, les festivaliers, les artistes  qui n’hésitent pas à venir

«  Le FITMO n’a jamais trouvé l’argent, les moyens qu’il a toujours souhaités avoir pour se tenir, mais il s’est toujours tenu. C’est le plus bel héritage que nous ayons reçu du fondateur. Il nous a indiqué la route à suivre et je pense que de là où il est, il doit être fier de nous », dit-il.

« Au début c’était de préserver ce qui était fait, mais aujourd’hui, la question c’est qu’est-ce que nous pouvons apporter non pas en faisant comme l’aurait voulu le professeur mais en faisant ce que nous pouvons faire et en tenant compte de l’évolution du contexte social national et mondial. Et c’est sur cette voie que nous sommes », explique Amadou Mandé, membre du comité d’organisation.

Un hommage lui sera rendu au cours de la journée hommage au professeur Jean-Pierre Guingané et sera marqué par la présentation de deux ouvrages, l’un portant sur les contributions scientifiques du professeur et l’autre un recueil de témoignages de ceux qui ont connu l’homme.

Depuis 2010, sous l’initiative du professeur, le Fitmo s’est ouvert au Mali et au Niger. Une aventure qui a continué pour intégrer en 2012, le Togo, en 2017 le Bénin, en 2019 la Côte d’Ivoire. En 2021, il ambitionnait s’ouvrir au Ghana, premier pays anglophone puis aux pays d’Afrique centrale mais il est freiné dans son élan pour des raisons sécuritaires.

« Si la situation sécuritaire s’améliore, c’est de repartir à la conquête des autres pays d’Afrique pour faire circuler les artistes dans les organisations nationales du Fitmo dans ces pays. Nous continuons à porter ce rêve ».

La particularité de l’édition, il ne se tiendra qu’une seule édition de FITMO. Les éditions tournantes dans les pays seront annulées. Cependant les promoteurs de ces pays ont rejoint celle de Ouaga pour former un comité international d’organisation du FITMO/FAB.

Cette année, la programmation se veut riche et variée. Une trentaine de compagnies artistiques issues d’une dizaine de pays d’Afrique et d’Europe sont attendues.

Aussi, toutes les activités seront concentrées à l’espace Gambidi où le spectateur en déboursant la somme de 1.000 FCFA a accès à tous les spectacles dans l’enceinte du centre.

On note au programme, des rencontres internationales, la table ronde sur le thème de l’édition, la vitrine des écoles de théâtre, un atelier sous régional sur la transmission.

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page