Afrique : Une expertise accablante sur le passé colonial de la Belgique

La « Commission spéciale chargée d’examiner l’État indépendant du Congo et le passé colonial de la Belgique au Congo, au Rwanda et au Burundi, ses conséquences et les suites qu’il convient d’y réserver » à travers les experts qu’elle a mandatés vient de rendre leur rapport aux parlementaires de la Chambre des représentants belges. L’objectif de ce rapport étant de rétablir la vérité historique sur le passé colonial belge au Congo-Kinshasa de 1885 à 1960, dans le double protectorat du Ruanda-Urundi après la défaite allemande de 1918 jusqu’en 1962. Ce document est formel sur le caractère brutal du colonialisme belge.

La suite après cette publicité

Le rapport commandité par la « Commission spéciale chargée d’examiner l’État indépendant du Congo et le passé colonial de la Belgique au Congo, au Rwanda et au Burundi, ses conséquences et les suites qu’il convient d’y réserver » retourne quatre-vingt années en arrière pour éplucher l’histoire coloniale belge dans cette partie de l’Afrique.

Les 689 pages de ce rapport étalent les sombres pans de la présence des Belges en Afrique centrale faite de travail forcé, brutalité, violences, contrainte permanente, imposition de lois qui ont modifié durablement les sociabilités traditionnelles, en particulier avec le rabaissement du rôle de la femme, et le racisme comme fondement de l’administration coloniale.

Il en ressort en outre que l’administration coloniale belge à travers la construction des routes et des autres infrastructures ne visait aucunement à développer les colonies mais plutôt à faciliter l’exploitation de leurs ressources minières et agricoles et leur exportation vers la Belgique.

Ce rapport rédigé en 2 parties recommande en fin de compte des réparations financières de la part de la Belgique et la restitution des milliers d’objets africains présents dans les musées belges. Dans le premier trimestre de 2022, une loi est d’ailleurs prévue sur la question de la restitution des œuvres d’arts.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Un commentaire

  1. A supposer que la Belgique accepte de réparer financièrement les préjudices causés par les méfaits de ses dirigeants, lencore faut-il savoir qui est victime et qui ne l’est pas, le montant des réparations reviendra en Belgique car les oligarques à la tête de la RDC se partageront la cognote placeront le butin dans les banques belges, américaines et autres. La corruption, les détournements massifs de deniers publics sont, comme au Rwanda, les outils de gestion des affaires publiques. L’économie congolaise est une économie de rente. Les prédateurs sont à tous les niveaux des services publics de la RDC. Ils ne sont uniquement congolais. Les prédateurs congolais ont des partenaires étrangers de plusieurs nationalités qui grouillent en RDC.
    Le problème en RDC comme au Rwanda n’est pas économique par l’existence des prédateurs plus puissants que l’Etat et les lois opérant impunément dans tous les secteurs de la vie économique avec leurs partenaires étrangers.
    Exemple: Dans ces derniers jours, certains médias étrangers ont fait état d’acquisition d’une villa à plus de7 millions de dollars US aux USA par le fils de Kigame, qualifié de modèle en matière de la bonne gouvernance par les ignorants africains en l’occurrence. Ce ce fait pourtant particulièrement grave et constitutif de blanchiment et détournement de fonds publics ( loi rwandaise en vigueur) n’a fait l’objet d’aucun commentaire de la part des médias burkinabais en l’occurrence. Etant précisé que le fils Kagame n’a même pas trente ans et n’a aucune activité connue par les Rwandais. Ces 7 millions de dollars en sus des frais connexes proviennent des caisses de l’Etat Rwandais dévalisées par Kagame. Le dernier rapport de l’auditeur de l’Etat Rwandais fait état de plusieurs milliards de francs rwandais sans traces dans les livres de comptes de l’Etat Rwandais. Aucun des prédateurs pourtant nommément désignés par l’auditeur n’a été inquiété outre mesure. Par contre les opposants politiques et les journalistes qui ont dénoncé ces méfaits et informé les Rwandais de ces détournements massifs de plusieurs milliards de nos francs ont fait l’objet des rafles et croupissent actuellement dans les geôles de Kagame pour minimisation du génocide des Tutsi, atteinte à la sécurité de l’Etat et à l’ordre public etc. Le Rwanda est le seul pays africain où évoquer publiquement les méfaits notoires de Kagame et les siens d’une part et demander l’inhumation digne des siens Hutu broyés par les soldats du FPR sur ordre de Kagame sanctionné par l’emprisonnement pour plusieurs années ou la mort ( disparition ou exécution sommaire flagrant en toute impunité par les escadrons de la mort opérant au sein d’un service appelé RIB( Bureau d’Investigation Rwandais). La liste des journalistes disparus, exécutés et en prison est longue. Il en est de même des opposants politiques. Kagame a transformé l’armée rwandaise en une armée de mercenaires envoyés au plus offrant financièrement. Ainsi, il les a envoyés en RCA, au Mozambique et bientôt au Mali, le tout en application d’un accord entre Kagame et les présidents de ces pays et nullement entre le Rwanda et ceux-ci. Effet, la constitution rwandaise dit que si le Président est lui seul compétent pour signer tout accord ou traité de coopération militaire entre le Rwanda et un Etat tiers, si cet accord ou traité a effet financier comme l’envoie des soldats rwandais dans un autre Etat aux frais de l’Etat Rwandais, pour entrer en vigueur , cet accord ou traité doit impérativement être approuvé par le Parlement Rwandais, le tout sous peine de nullité absolue. L’envoi des soldats rwandais ont requis la dépense de plusieurs milliards de nos francs. L’approbation des accords signés par Kagame et les chefs des Etats ci-dessus évoqués était impérative. Or, il n’y a eu aucune approbation d’accord ou traite de coopération militaire entre les Rwanda et ces Etats. Il s’ensuit que ces accords ou traités sont introuvés ou inexistant dans les archives rwandaises. En réalités, ils sont au Mozambique pour protéger les intérêts des multinationales pétrolières française et américaine à savoir TOTAL et EXXON Mobil. Ce sont la France, EXXON MOBIL et RCA qui prennent intégralement en charge ses soldats mercenaires rwandais. Au Mali, ils seront pris en charge par la France. Des millions de dollars US sont payés directement à Kagame et c’est bien lui décide les montants à allouer à chaque soldat. Les membres de leurs familles n’ont même droit d’enterrer les mort s tombés sous les balles et bombes des adversaires, soit des laissés pour compte mozambicains et centrafricains. C’est Kagame, oeuvrant au service des maîtres du monde à savoir la France et les USA et introuvé depuis fin février 2020 qui est qualifié de modèle de chef d’Etat Africain digne de ce nom par les africains ignorants. Le Rwanda a été vendu aux USA et les Rwandais sont étrangers dans leur propre pays. Des milliards de dollars US de deniers publics détournés par Kagame et les siens sont planqués dans les banques américaines, françaises etc. et dans les paradis fiscaux. Kagame est classé en rang utile sur la liste des chefs d’Etat multimillionnaires et bons clients des paradis fiscaux. Pour l’avenir , il faudra vous documenter utilement avant d’encenser Kagame de tous les mots sous peine de spéculer ou de désinformer vos lecteurs. Kagame est la honte des Rwandais et des Africains. Son point fort est de fabriquer les chiffres sur les grands indicateurs macroéconomiques du Rwanda et les faire avaler aux ignorants africains comme des baguettes sans se poser les questions basiques sur l’état économique et social réel du Rwanda où le fis de Kagame sans activité connue acquiert une villa à plus de 7 millions de dollars US. L’autre point fort est de semer la mort et la terreur contre les Rwandais depuis plus de 27 ans en toute impunité et sans faire l’objet de critiques de la part des médias africains francophones en particulier, experts en copier et coller des médias français et de prédicateurs du respect des droits de l’homme africains.
    Kagame est le prédateur et broyeur des millions d’être humains au vu et au du monde entier que l’Afrique n’a jamais connu.
    Sa singularité est l’impunité dont il jouit et la place qui lui est réservée par les maîtres du Monde, en l’espèce les USA, France, Canada , Allemagne et autres. Imbibé jusqu’aux os du sang des millions de Rwandais et Congolais et alors qu’à côte de lui, le Président Syrien, qualifié par les mêmes maîtres du monde de sanguinaire dont la place est dans la prison de la CPI et nullement à la tête de la Syrie ( a dit le président français, Macron) est un nain, Kagame est invité à la table des grands par les mêmes maitres du monde comme en témoigne sa place au sommet du GV20 en Italie d’hier octobre 2021.Introuvé au Rwanda depuis fin février 2020, pour les Rwandais, il est soit physiquement soit politiquement mort. Les Rwandais ne voient que les images d’un individu appelé Kagame, président du Rwanda, à la télévision d’Etat reprises ensuite par d’autres télévisions. Les ministres , les parlementaires et autres oligarques font les courbettes devant Jeannette Kagame, épouse de Kagame, devenue en fait la Présidente. C’est elle qui nomme et révoque les ministres et les hauts fonctionnaires. La preuve est le positionnement des Tutsi francophones qui sont venus du Burundi au sein des institutions publiques. Elle a placé ses amis dans les postes décisionnaires de haut rang au détriment des anglophones venus d’Ouganda, jadis privilégiés par Kagame avant sa disparition des écrans radars publics. Son ami d’enfance, Kazura Jean Bosco est chef d’Etat major des armées rwandaises. Il était officier dans l’armée burundaise. Madame Makolo, porte porte-parole du gouvernement, sa mère rwandaise et père Muruba Congolais est une amie de Kagame .C’est elle qui l’a prise en charge lors de son séjour au Kenya et c’est elle qui lui a arrangé sa rencontre avec Kagame, son mari. Les Makolo occupent des places stratégiques dans les services et institutions publics rwandais. En fait, Kagame n’est plus Président. Le guignol avec un masque fabriqué en Allemagne est présenté comme étant Kagame alors que les Rwandais connaissent le vrai Kagame: sa façon de s’habiller, de parler , ses gestes, son parler, le regard et la structure de ses discours. Il y a quelques jours, Kagame a fêté son anniversaire, ses 64 ans.
    Il a été présenté en pyjama au milieu de jeunes exclusivement Tutsi sans présence des trois fils dont celui qui acheté une ville de plus de7 millions de dollars USA volés dans les caisses de l’Etat rwandais et aucun des ses collaborateurs ou dignitaire du FPR ou du régime n’était présent. Kagame, Président en pyjama le jour de son anniversaire est s’est muser les galeries. Il en est de même de Kagame toujours dans les mêmes pantalons froissés alors que le vrai Kagame était habillé par les grands couturiers d’Afrique du Sud et de ‘lOuest.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page