Contrôle citoyen en sécurité : Le Centre-Nord et le Centre désormais dans le viseur du CQDJ

Le Centre pour la Qualité du Droit et la Justice (CQDJ), leader de la plateforme des Organisations de la Société Civile pour la réforme de la gouvernance dans le secteur de la sécurité a procédé ce mercredi 19 janvier 2022 à Ouagadougou au lancement des activités de la phase 3 du projet intitulé « sécurité humaine et accès à la justice ». D’une durée de deux ans, cette troisième phase du projet étend son rayon d’action aux régions du Centre-Nord et du Centre. 

La suite après cette publicité

Implémenté depuis 2019 dans la région de l’Est en pleine tourmente de la crise sécuritaire par le Centre pour la Qualité du Droit et la Justice (CQDJ) en partenariat avec la National Endowment for Democracy (NED), le projet  « sécurité humaine et accès à la justice » se déploie dans d’autres régions. Et ce sont les régions du Centre-Nord en proie également aux attaques terroristes et du Centre qui s’ajoutent aux régions cibles du projet. 

Ce projet qui  avait pour but d’asseoir  les bases du contrôle citoyen de l’action des Force de Défense et de Sécurité (FDS) dans le cadre de la lutte contre l’insécurité et de fournir une assistance juridico administrative aux victimes des abus ou exactions que pourraient commettre les FDS, les Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) et les Initiatives Locales de Sécurité (ILS), a  contribué à renforcer la collaboration entre les différentes communautés et les FDS, selon ses initiateurs.

Des leaders d’OSC de l’Est, du Centre-Nord et du Centre assistant la cérémonie de lancement de la phase 3 du projet « sécurité humaine et accès à la justice »

En étendant la phase 3 aux régions du Centre-Nord et du Centre, le CQDJ entend s’appuyer sur les acquis et les expériences acquises depuis 2019 dans la région de l’Est pour faire une mise à échelle de ces acquis dans ces deux nouvelles régions cibles qui connaissent les mêmes réalités. 

Selon le Président du Conseil d’Administration du CQDJ, Sosthène Ouédraogo, la mise à l’échelle va consister à agrandir le rayon d’action du projet et partager aux acteurs les savoirs, les ressources produites, les leçons apprises sur la mise en œuvre de ce projet. L’objectif étant de renforcer in fine l’écosystème national de la veille citoyenne au tour de la question de la sécurité. 

A en croire le coordonnateur  du CQDJ, Abdoul Wahab Semdé, « le CQDJ accompagne les OSC locales en provenance de toutes les provinces des régions cibles en les outillant et en les accompagnant de façon permanente  à faire le monitoring des abus dans le cadre de la lutte contre l’insécurité mais aussi à apporter une aide de l’Etat pour que toute victime ne se sente pas délaissée par la République, et pour que les institutions prévues pour la prise en charge des victimes puissent se mettre en branle et apporter le soutien nécessaire pour qu’au finish, on ne perde pas un citoyen du fait de l’absence ou du caractère inopérant de nos institutions »

Sosthène Ouédraogo, PCA de CQDJ: « Notre objectif est de renforcer l’écosystème national de la veille citoyenne au tour de la question de sécurité »

Le représentant du Secrétaire Général à la défense nationale, Mamadou Patrick Sawadogo, a indiqué pour sa part qu’en « poursuivant l’objectif essentiel qui est de renforcer la collaboration entre les populations et les FDS, il (le projet, ndlr) ambitionne de contribuer à la reconstruction de l’union patriotique entre notre pays et certains de ses citoyens qui ont subi des abus et qui à ce titre sont tentés de basculer dans les groupes armés »

Il a donc félicité le CQDJ non seulement pour les résultats fort appréciables des phases précédentes malgré le contexte sécuritaire complexe mais aussi pour cette nouvelle phase qui illustre l’ambition du CQDJ d’inscrire sa contribution à la gouvernance du secteur de la sécurité dans un cadre plus global. 

Mamadou Patrick Sawadogo a, par ailleurs, assuré toute la collaboration nécessaire du ministère en charge de la défense pour une bonne implémentation de la phase 3 du projet, dont les activités renforceront, selon lui, au mieux la collaboration civilo-militaire dans les zones concernées pour le bonheur de toutes les populations. 

Maxime KABORE 

Burkina 24

Écouter l’article
publicite


publicite

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page